NIGER : LA CEDAO MENACE LES PUTSCHISTES D’UNE INTERVENTION MILITAIRE. L’ULTIMATUM

HIBAPRESS-RABAT

Le putsch qui vient de secouer le Niger avec l’arrivée d’une nouvelle junte militaire, bien que sans le moindre renversement de sang, a vite bousculé les donnes dans toute l’Afrique ou la première réaction « sévère » a été celle de la CEDEAO, qui l’a condamné tout en levant la menace d’une intervention militaire s’il y a nécessité

Aussi, à l’issue du Sommet extraordinaire, hier dimanche 30 juillet 2023 à Abuja, les chefs d’État de la Cedeao ont pris des sanctions fermes avec « effet immédiat » contre la junte nigérienne, dirigée par le général Abdourahmane Thiany.

Il s’agit, entre autres, d’un embargo total, fermeture des frontières terrestres et aériennes, le gel des avoirs du Niger à la BCAO.

La Cedeao donne une semaine à la junte pour libérer et réinstaller Mohamed Bazoum au pouvoir. L’Organisation sous régionale prévient que toutes les options sont ouvertes y compris une intervention militaire, une réunion d’urgence des chefs d’état-major de la CÉDEAO a été annoncé.

Un groupe de militaires réunis autour du Conseil National pour Sauvegarde de la Patrie (CNSP) a renversé le président Mohamed Bazoum, élu en 2021.

Les putschistes ont mis en garde la Cedeao contre toute intervention armée au Niger.

Des manifestants ont défilé dans les rues de la capitale Niamey, hier dimanche, pour apporter leur soutien à la junte.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button