AIR FRANCE -GRÈVES: BRAS DE FER JANAILLAC/SYNDICATS

Le problème qui prévaut entre Air France et les Syndicats se dirige-t-il vers une issue bien déterminée ? Toujours est-il, les 46.771 salariés d’Air France (sous contrat français) sont invités à répondre à la question posée par le président Jean-Marc Janaillac, qui a mis sa démission dans la balance: « Pour permettre une issue positive au conflit en cours, êtes-vous favorable à l’accord salarial proposé le 16 avril 2018 ? »

Le texte prévoit dès 2018 une augmentation des grilles salariales de 2% (et une enveloppe de 1,4% d’augmentations individuelles au sol), puis 5% supplémentaires étalés sur trois ans, conditionnés aux résultats économiques de l’entreprise.

Le projet d’accord a été rejeté par les onze syndicats appelant à la grève, dont les dix composants l’intersyndicale (CGT, FO, SUD, SNPL, Spaf, Alter, SNPNC, Unsa-PNC, CFTC, SNGAF). Cette dernière, à l’exception du Spaf (deuxième syndicat de pilotes) qui préfère boycotter la consultation, « appelle sans ambiguïté à voter NON ».

Mercredi soir, les trois syndicats de pilotes (SNPL, Spaf et Alter, non représentatif) ont annoncé de nouvelles journées de grève les 3, 4, 7 et 8 mai pour peser sur les négociations salariales propres aux pilotes. Trois de ces quatre jours tombent en même temps que la grève à la SNCF.afp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button