COUPE DU MONDE FÉMININE 2023 : LES PLUS GROSSES SURPRISES DE LA PHASE DE GROUPES

HIBAPRESS-RABAT-FIFA

Le Maroc, la Jamaïque et l’Afrique du Sud sont à l’honneur alors que la FIFA dresse la liste des équipes les plus surprenantes de la phase de groupes d’Australie & Nouvelle-Zélande 2023.

La phase de groupes du Mondial féminin a livré son lot de surprises. La Jamaïque, le Maroc et l’Afrique du Sud se sont qualifiés contre toute attente. L’aventure est déjà terminée pour le Brésil, l’Allemagne et le Canada

Avec 32 sélections –  dont huit auront leurs grands débuts dans la compétition  – et deux nations hôtes pour la première fois, la phase de groupes de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Australie et Nouvelle-Zélande 2023™ était déjà destinée à être la meilleure de l’histoire. Bien sûr, on pouvait imaginer toutes sortes de choses… Mais probablement pas ce à quoi on a assisté au cours des deux dernières semaines.

Après 48 matchs, on peut affirmer au moins une chose : une petite révolution est en cours dans un football féminin où les choses vont vite, trop vite pour les grandes puissances traditionnelles que sont l’Allemagne, le Brésil et le Canada. Trois équipes déjà éliminées…

La phase de groupes a en effet réservé un certain nombre de surprises. Ci-dessous, la FIFA revient sur les plus grosses d’entre elles.

Cela faisait près de 30 ans que l’Allemagne n’avait plus perdu un match de groupe en Coupe du Monde. Depuis 1995 exactement. Née dix ans plus tard, donc aujourd’hui âgée de 18 ans, Linda Caicedo a mené la Colombie à la victoire contre les Allemandes et à une qualification pour le tour suivant. L’attaquante du Real Madrid est l’une des grandes figures du tournoi.

Maroc : 2e place du Groupe H

À retenir : deux victoires déjà pour sa première participation à l’épreuve

Quelle équipe ne serait pas déprimée après avoir produit sa première Coupe du Monde par une défaite 6-0 ? Et bien par exemple : le Maroc. Après une débâcle contre l’Allemagne en guise de baptême du feu, les Marocaines ont battu successivement l’expérimentée République de Corée et la sensationnelle Colombie, pour finalement s’ouvrir les portes des huitièmes de finale au détriment de l’Allemagne, l’une des grandes favorites de la compétition. Les Lionnes de l’Atlas dirigées par Reynald Pedros ont fait preuve d’une grande force de caractère, comme leurs compatriotes de la sélection masculine lors de Qatar 2022. Quoi qu’il arrive en huitièmes de finale, le Maroc est en passe de faire un grand bond au Classement mondial Féminin FIFA, où il n’occupe actuellement que la 77e place.

Les Lionnes de l’Atlas se battent pour le football féminin. La capitaine de la sélection, Ghizlane Chebbak, évoque les épreuves pour démocratiser l’accès au football aux femmes marocaines et arabes.

Jamaïque : 2e place du Groupe F

À retenir : l’élimination du Brésil

Son 44e rang au Classement mondial féminin depuis FIFA, la Jamaïque n’a pas tremblé et s’est qualifié dans un groupe qui contenait deux prétendants sérieux au titre, à savoir le Brésil et la France. En trois matches, les Jamaïcaines n’ont concédé aucun mais à titre de comparaison lors de la précédente édition du tournoi, en 2019, elles avaient encaissé 12 buts en autant de rencontres.

Le Japon et la Suisse sont les deux seules autres équipes à ne pas avoir vu leurs filets trembler à l’occasion de ce premier tour.

Nigeria : 2e place du Groupe B

À retenir : la victoire contre l’Australie et l’élimination du Canada

Seule nation africaine à avoir participé aux neuf éditions de la Coupe du Monde à ce jour, le Nigeria a franchi un palier en passant la phase de groupes pour la première fois de son histoire. Pour cela, il a tenu en échec le Canada et sa légendaire Christine Sinclair et battu l’Australie, co-organisatrice de la compétition, devant son public. Il n’en fallait pas plus pour passer devant – et éliminer – les champions olympiques en titre.

Afrique du Sud : 2e place du Groupe G

À retenir : l’élimination de l’Italie et le gros match face à la Suède

Pour la première fois dans l’histoire, foot féminin et masculin confondus, le continent africain va compter trois représentants au deuxième tour d’une Coupe du Monde. L’Afrique du Sud, en particulier, a attendu la dernière minute de son ultime sortie en phase de groupes pour marquer la victoire contre l’Italie , située 38 places plus haut au Classement mondial féminin FIFA. Les Sud-Africaines passent donc d’un zéro pointé en 2019 à quatre points et une qualification en 2023. La performance est à l’image de l’aura historique de sa sélectionneuse, Desiree Ellis. À noter que les joueuses d’Ellis avaient déjà donné beaucoup de fil à remettre à la Suède, qui n’avait inscrit le but de la victoire qu’à la dernière minute du temps réglementaire.

Le Portugal : 3e place du Groupe E

À retenir : à quelques centimètres près, les Portugaises éliminaient les États-Unis

L’image de la frappe d’Ana Capeta qui vient s’écraser contre le poteau américain dans les dernières secondes de l’ultime rencontre du Groupe E est d’ores et déjà gravée dans l’histoire du football portugais. C’est aussi l’une des actions les plus spectaculaires de ce tournoi. Quelques centimètres de plus sur la gauche et les Américaines, vainqueurs des deux dernières Coupes du Monde et grandes favorites de la présente édition, auraient été supprimées. L’exploit aurait été historique et surtout, il n’aurait pas été le fruit du hasard, tant que les Portugaises ont tout tenté contre les États-Unis. Une chose est sûre : elles rentreront au pays avec une bonne dose de fierté… et de la suite dans les idées.

Philippines : 4e place du Groupe A

À retenir : la victoire sur les Néo-Zélandaises devant leur public

C’était la rencontre au terme de laquelle la Nouvelle-Zélande espérait décrocher sa place pour le tour suivant, après avoir créé la surprise hors de son match d’ouverture contre les redoutables Norvégiennes. Toute une nation s’apprêtait à faire la fête mais les Philippines, déjà très inspirées pour leur entrée en matière contre la Suisse, ont fait bafouiller le scénario en signant la première victoire de leur histoire en Coupe du Monde. Grâce notamment à l’attaquante Sarina Bolden et pour leur première participation à la compétition, les Philippines ont évoqué la dernière journée du Groupe A avec encore une chance de se qualifier. Ce n’est finalement pas arrivé, car la Norvège était trop forte.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button