COUPE DU MONDE FÉMININE 2023 : TOUT SAVOIR SUR FRANCE-MAROC DE DEMAIN

HIBAPRESS-RABAT-FIFA

Les enjeux

Au sortir de la deuxième journée de la phase de groupes, on sentait fortement venir un choc France-Allemagne en huitième de finale, mais ça, c’était avant que le Maroc ne subjugue la planète toute entière. En battant au courage la Colombie (1-0) pendant que l’Allemagne calait contre la République de Corée (1-1), les Lionnes de l’Atlas ont réussi l’exploit de terminer au deuxième rang du Groupe H, devant les double championnes du monde, et donc de rejoindre les Bleues.

Difficile à l’arrivée de trouver affiche plus inattendue dans ce tournoi que ce France-Maroc. Et pour cause, quelques jours avant le tournoi, la FIFA était revenue sur les premiers pas souvent délicats des novices sur la scène mondiale, une analyse qui n’augurait rien de bon pour les huit sélections débutantes en Australie et en Nouvelle-Zélande. Un état de fait dont le Maroc est fait pour devenir la seule équipe du tournoi à franchiser le cap de la phase de poules dès sa première participation.

Ce serait désormais mal connaître le sélectionneur Reynald Pedros que d’affirmer que les Lionnes de l’Atlas vont se contenter de leur exploit. Si leur Coupe du Monde est certes déjà réussie, Anissa Lahmari et ses partenaires jouent crânement leur chance contre les favoris des Tricolores. Les Bleues, victorieuses du Groupe F, n’ont jamais perdu leur premier match à élimination directe au Mondial féminin et elles ne possèdent aucunement mettre un terme à leur série victorieuse.

L’actualité des équipes

Fragilisée physiquement, la défenseure phare Wendie Renard est restée sur le banc contre le Panama et devrait retrouver sa place après avoir obtenu de dix jours pour souffler entre le succès contre le Brésil (2-1) et le rendez-vous face au Maroc. Souffrante après le Panama, Grace Geyoro devrait tenir sa place, ce qui ne devrait pas être le cas de la défenseure Maëlle Lakrar, qui risque de déclarer forfait.

Il s’agira par ailleurs pour les Bleues d’être vigilantes sur les cartons jaunes car Sandie Toletti, Sakina Karchaoui, Clara Mateo et Kenza Dali manqueront un éventuel quart de finale en cas de nouvel avertissement.

Malgré les combats éreintants menés contre la République de Corée (1-0) puis la Colombie, tous les voyants semblent au vert chez les Marocaines. La capitaine Ghizlane Chebbak et la défenseure Nouhaila Benzina, sous le coup d’une suspension en cas de carton jaune, devront passer entre les gouttes pour garder intactes leurs chances de participer éventuellement aux quarts de finale.

Les joueuses à suivre

Eugénie Le Sommer (France)

La France a inscrit six buts contre le Panama et battu au passage son record de réalisations sur un seul match de Coupe du Monde Féminine en supprimant Eugénie Le Sommer sur le banc. Qu’à cela ne tienne, l’attaquante de Lyon devrait retrouver sa place en pointe contre le Maroc.

Si ses aptitudes restent au beau fixe et qu’elle n’a jusque-là pas montré de signe de fléchissement athlétique, la joueuse de 34 ans a sûrement apprécié le spectacle et

aura le luxe d’attaquer ce huitième de finale avec une vraie fraîcheur physique.

Venue meilleure buteuse de l’équipe de France au Mondial féminin après son but contre le Brésil (2-1), Eugénie Le Sommer aura une vraie responsabilité dans la suite du tournoi des Bleues. De sa propension à transformer ses occasions en buts va grandement dépendre du destin des Françaises dans ce tournoi.

Khadija Er-Rmichi (Maroc)

En football, on ne renverse pas des montagnes sans un dernier rempart digne de ce nom. Par hasard, le Maroc compte dans ses rangs une gardienne qui n’a pas froid aux yeux en la personne de Khadija Er-Rmichi.

À l’image de son groupe, celle qui garde les buts de l’AS FAR (D1 marocaine) depuis plus de dix ans n’a pas tergiversé. Depuis le sixième mais allemand de Lea Schüller, sa cage est restée inviolée et elle a su se relancer là où beaucoup aurait pu perdre pied.

Surtout, la joueuse qui fêtera ses 34 ans le mois prochain à faire parler son expérience contre les Coréennes et plus encore contre les Colombiennes en réussissant des parades décisives au plus fort de la tempête. S’il souhaite résister à Eugénie Le Sommer, Kadidiatou Diani et leurs partenaires, le Maroc aura besoin d’une Khadija Er-Rmichi au sommet de son art.

Les statistiques

Depuis sa première participation en 2003 et son élimination dès le premier tour, la France n’a plus jamais manqué le rendez-vous de la phase à élimination directe lors des éditions du Mondial féminin auquel elle a participé (2011, 2015, 2019 et donc 2023).

Des huit sélections qui découvraient la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ cette année, seul le Maroc est parvenu à se qualifier en huitième de finale.

En marquant le 6e mais des Bleues contre le Panama, Vicki Becho est devenue à 19 ans et 303 jours la plus jeune joueuse française à marquer dans la compétition. Le précédent enregistrement appartenait à Valérie Gauvin, buteuse à 23 ans et 19 jours contre la Norvège (2-1) en 2019.

Les arbitres

Arbitre : Tori PENSO (USA)

Arbitres assistantes : Brooke MAYO (USA) et Mijensa RENSCH (SUR)

Quatrième arbitre : Anna-Marie KEIGHLEY (NZL)

Entendu…

« Je suis très contente de voir cette équipe du Maroc en huitièmes. Elles n’ont même rien lâché. Elles ont quand perdu 6-0 face à l’Allemagne et derrière, se qualifier, c’est quand même beau. Il ne faut pas prendre cette équipe à la légère. »

Léa Le Garrec, milieu de terrain de la France

« Pour moi comme pour toutes les Franco-Marocaines qui sont ici, ça va être un super match. Je ne pourrais pas rêver mieux comme huitième de finale, j’ai hâte, surtout que j’ai plein de copines là-bas. Il n’y a pas de façon particulièrement pour préparer ce match, on va le préparer comme les autres. »

Anissa Lahmari, attaquante du Maroc

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button