POUR ÉVITER TOUT COUP D’ÉTAT, LE CAMEROUN ET LE RWANDA RESTRUCTURENT LEURS POSITIONS MILITAIRES

HIBAPRESS-RABAT

Le Cameroun et le Rwanda ont pris des mesures proactives pour reconfigurer leurs positions militaires, quelques heures après la mise en œuvre du coup d’État militaire au Gabon, suite au renversement du président Ali Bongo, dont la famille a dirigé ce pays riche en pétrole pendant plus de cinq décennies.

Les décisions rapides du Cameroun et du Rwanda visent à éviter la « contagion des coups d’État militaires » sur le continent africain à l’heure actuelle, d’autant plus que les présidents des deux pays sont au pouvoir depuis des décennies et qu’ils se prémunissent donc contre toute idée future de répéter l’expérience en leur pays.

Le président camerounais Paul Biya a procédé à des changements majeurs au sein du ministère de la Défense, en nommant de nouveaux chefs de départements, notamment le commandement des forces armées, l’armée de l’air, la marine et l’Inspection générale de la gendarmerie.

De même, peu après le coup d’État au Gabon, le RDF a déclaré que le président Paul Kagame avait autorisé le départ à la retraite de 83 officiers supérieurs, dont James Kabarebe, le principal conseiller de la présidence pour les questions de sécurité.

Les décisions de Kagame comprenaient le départ à la retraite de 6 officiers occupant des postes intermédiaires et de 86 sous-officiers supérieurs, ainsi que la démobilisation de 160 soldats pour raisons médicales, ainsi que la promotion et la nomination d’autres officiers pour remplacer les titulaires de fonctions sortantes.

Le départ soudain à la retraite du personnel militaire au Cameroun et au Rwanda n’a pas été expliqué, mais les experts estiment qu’il s’agit d’une tentative de mettre un terme à la vague actuelle de coups d’État militaires qui déferlent sur le continent africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button