LE BRAS DE FER CAF-BeIN Sports IRA-T-IL JUSQUE DEVANT LA JUSTICE ? QUEL AVENIR POUR LA CAN C/I 2023 ?

HIBAPRESS-RABAT

Un nouveau défi se maintient aujourd’hui pour la CAF qui a décidé de mettre un terme à sa coopération avec BeIN Sports à juste un mois et demi de la phase finale de la CAN 2023 en Côte-D’Ivoire. Un problème auquel est confronté la CAF qui devra donc lui trouver la solution adéquate le plus tôt possible. Mais qu’en était-il des faits qui ont abouti à cet imbroglio ?

La Confédération Africaine de Football (CAF) pourrait bien s’engager dans une nouvelle procédure judiciaire coûteuse après avoir annulé unilatéralement son plus gros contrat de diffusion actuel avec le groupe de médias qatari beIN Sports.

À 4 mois de la Coupe d’Afrique des Nations, la Confédération Africaine de Football (CAF) a décidé de résilier son contrat de diffusion avec beIN Sports qui avait acquis les droits de diffusion pour la somme de 415 millions de dollars. De plus, la CAF réclame désormais 80 millions de dollars à BeIN Sports.

En 2017, la CAF avait signé un accord de diffusion avec BeIN Sports, valable jusqu’en 2028, pour la retransmission de la compétition ainsi que de ses qualifications.

Le 1er septembre 2023 , les avocats de la CAF ont informé beIN Media Group, propriétaire de la division de diffusion beIN Sports, de l’annulation du contrat de 12 ans, signé en 2017 et d’une valeur de 415 millions de dollars, avec effet immédiat.

L’instance présidée par Patrice Motsepe a accusé beIN de rupture de contrat et a déclaré vouloir récupérer les paiements impayés d’environ 80 millions de dollars.

Déjà empêtrée dans les difficultés financières, la Confédération Africaine de Football pourrait s’attirer les foudres de son principal diffuseur, BeIN Media Group.

Le groupe de médias basé au Qatar a répondu en reconnaissant « un certain nombre de problèmes qui ont affecté la relation contractuelle » et en informant l’instance dirigeante du football africain de son intention de poursuivre en justice à moins que « des discussions ouvertes de bonne foi [ne puissent] résoudre ce problème ».

Dans une lettre adressée à la CAF, le président du géant médiatique qatari, Youssef Al Obaidy, fait savoir que BeIN Media Group «prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre robustement sa position légale». En d’autres termes, si le conflit ne se résout pas à l’amiable, le groupe qatari traduira la CAF en justice.

La CAN est un événement majeur dans le monde du football africain, et la perte des droits de diffusion dans ces 43 pays représente un coup dur pour BeIN Sports.

D’autre part, la CAF devra désormais rechercher de nouveaux diffuseurs pour garantir une couverture médiatique optimale et atteindre un large public lors de cette compétition prestigieuse.

Il est à noter que c’est la deuxième fois en quatre ans que la CAF résilie unilatéralement un contrat avec son principal partenaire financier. En novembre 2019, la résiliation du plus gros contrat de l’histoire de la CAF avec Lagardère Sports, qui garantissait au moins 1 milliard de dollars pour la période 2017-2028, avait coûté à l’organisme basé au Caire environ 50 millions de dollars en indemnisation. Lagardère Sports, aujourd’hui connu sous le nom de Sport5, avait initialement réclamé 90 millions de dollars d’indemnisation.

Leader mondial en production télévisuelle, distribution et acquisitions de droits, beIN MEDIA GROUP diffuse 60 chaînes sur 5 continents, dans 43 pays et en 7 langues différentes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button