SÉISME/ ANALYSE : NOTRE AUTRE TREMBLEMENT DE TERRE QUE RICHTER N’A PAS MESURÉ

HIBAPRESS-RABAT

Les tremblements de terre sont perfides et brutaux, ne laissant derrière eux que des gémissements, de la douleur, des calamités et des chagrins. Ils ne surviennent que soudainement, accompagnés de mort, de sang et de destruction…

Il s’agit d’un tremblement de terre comme phénomène naturel résultant de la vibration de plaques rocheuses, indiquant une bousculade et une collision dans le sol…

Quant à notre tremblement de terre, qui continuera à nous hanter, c’est à nos frères d’habiter au milieu d’un amas de boue sèche, soutenus par de fragiles piliers, couverts de paille enduite de boue, sur des montagnes non ancrées, dans l’isolement du monde, de sorte que si la terre tremble, l’effondrement s’effondre et cela devient des tas au-dessus des têtes, et il est difficile d’atteindre les corps, de les déterrer et de les enterrer.

Le tremblement de terre de Dieu a révélé qu’il y a des Marocains là-bas, dans une parcelle du Maroc qui est peut-être en dehors de la carte de tout développement, là-bas, isolés, sans routes, sans écoles ni hôpitaux, et sans logements qui préservent leur dignité, jusqu’à ce que nous avons été secoués par les images des décombres qui nous ont fait découvrir qu’il y avait un citoyen sous les tas de poussière, qu’il appartient à un pays qui aspire au leadership continental… au 21ème siècle

Nous les avons négligés lorsque nous les avons laissés là, sur le flanc de la montagne, en le creusant pour y faire des nids dans lesquels ils pourraient élever des familles. Nous avons surveillé leurs cabanes et leur avons fait des décorations qui attiraient les touristes, plaisaient à l’œil et nous sauvaient de l’obscurité de la nuit, les villes surpeuplées, alors que nous les surveillions du haut de la montagne à chaque fête, et nous ne pouvions pas les aider à niveler la hauteur et à clôturer la montagne. Et nous avons construit un tombeau de vie digne de leur dignité, afin qu’ils pouvaient vivre dans une résidence décente, et nous ne leur avons pas aménagé de route, ni rien fourni pour eux…

Sur l’échelle de Richter, le tremblement de terre a été violent, mais le plus violent a été ce que le tremblement de terre a révélé, et c’est quelque chose que l’échelle de Richter ne peut pas mesurer. Ce sont des gens bons, pacifiques, croyants sincères, honnêtes dans leur vie. Ils font face à l’invasion de la chaleur et l’invasion de la dureté de la géographie et la rigueur du temps, et ils n’ont aucune connaissance d’un monstre de violence et de tyrannie. Le tremblement de terre qui les a pris par surprise les a détruits…

C’est notre tremblement de terre que nous n’oublierons jamais, non pas parce qu’il nous a effrayé cette nuit fatidique et que nous avons couru pour ne rien chercher du luxe du monde autre que de nous maintenir en vie, mais parce qu’en plus de cela, il a emmené des milliers de nos frères qu’il a trouvés comme une proie facile sur la montagne sous laquelle il a frappé, puis nous a montré notre vrai visage dans le miroir.

Lorsque les drones sortent et prennent des photos des ruines des maisons de ces quartiers, le chef de ce groupe, ses conseillers, le gouverneur et tous les hommes d’État présents, devraient avoir le visage rouge de honte, de l’histoire, de la malédiction des âmes des victimes et de la douleur des blessés. Où étais-tu ? Non pas pour empêcher le tremblement de terre, mais pour construire des routes et appliquer des lois de construction qui n’excluent personne… Combien de villages et de groupes avons-nous dont les habitants construisent encore des maisons en boue, en bois et en paille sur le flanc de la montagne ? Comment cette maison peut-elle résister aux degrés de Richter alors qu’elle a été épuisée par les facteurs du temps et qu’elle est épuisée depuis ses fondations ? Était-il nécessaire de conserver ces cercles tels qu’ils étaient ? Comment étaient-ils alimentés en électricité alors qu’ils vivaient dans ce qui ressemblait à de la peine?…

Ce sont les répercussions de notre tremblement de terre qui ébranleront nos cœurs, nos yeux et nos âmes chaque fois que nous verrons, Moulay Brahim, Ajokak, Amizmiz, Agbar, Azkur, et d’autres quartiers et groupes…

Que ALLAH ait pitié de nous, honorables martyrs, nous resterons prisonniers de nos regrets de vous avoir laissé tomber…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button