Séisme d’Al Haouz : La politisation médiatique suscite l’appel à la retenue du Président Macron

Hibapress

Au lendemain du séisme tragique qui a secoué le Maroc, les médias français ont suscité la controverse en politisant cet événement dévastateur.

Alors que la majorité des correspondants internationaux se sont empressés de rapporter les faits, la presse française, qu’elle soit écrite ou télévisuelle, a choisi de transformer cette tragédie en une polémique politique.

Dans les salons parisiens, les commentateurs et les journalistes ont exprimé leur agacement face à l’apparente réticence du Maroc à accepter l’aide proposée par la France. Cette réaction a été amplifiée par les discussions incessantes à la télévision, où certains ont même établi un lien entre cette situation et les tensions diplomatiques entre Paris et Rabat.

Certains organes de presse, sans citer de noms, ont publié des articles et des caricatures qui ont suscité l’indignation des Marocains, qui ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux. La polémique médiatique a pris une ampleur telle que le président français, Emmanuel Macron, a jugé nécessaire de réagir.

Dans une vidéo publiée sur son compte Twitter, le président de l’Élysée a indirectement appelé à la retenue de la part des médias français. « En ce moment, qui est évidemment un moment de peine, mais aussi d’action et de solidarité, je voudrais avoir des mots très simples. J’ai vu, ces derniers jours, beaucoup de polémiques, qui n’ont pas lieu d’être », a-t-il déclaré, ajoutant que la France est solidaire du Maroc et qu’elle se tient aux côtés du peuple marocain.

« Je souhaite que toutes les polémiques qui viennent compliquer les choses dans un moment si tragique puissent se taire par respect pour toutes et tous », a-t-il poursuivi. Macron a également rappelé la disposition de la France à aider le Maroc, tout en soulignant que la gestion de l’aide internationale revenait souverainement au Royaume.

« Nous avons la possibilité d’apporter une aide humanitaire directe. C’est évidemment à Sa Majesté le Roi et au gouvernement du Maroc de manière pleinement souveraine d’organiser l’aide internationale », a-t-il affirmé, ajoutant : « Nous sommes à disposition de leur choix souverain ».

Il convient de rappeler que le Maroc a accepté l’aide de plusieurs pays, dont l’Espagne, le Royaume-Uni, les Émirats arabes unis et le Qatar. Le fait que la France ne soit pas parmi cette liste a suscité l’inquiétude des médias français, dont l’attitude et le traitement médiatique du séisme ont provoqué la consternation parmi les citoyens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button