Transition numérique : le ministère et l’agence GIZ scellent deux conventions de partenariat

Hibapress

Le ministère de la Transition numérique et de la Réforme Administrative et l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ), ont signé, vendredi à Rabat, deux conventions de partenariat visant à promouvoir la transformation numérique de l’administration et l’inclusion numérique des Très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) au Maroc.

D’un montant total de 8 millions d’euros, ces deux conventions ont été paraphées entre la ministre de la Transition numérique et de la Réforme Administrative, Ghita Mezzour, la directrice résidente de GIZ Maroc, Kathrin Lorenz, et le chef de projet « eGov » et « DigiTPME » à GIZ, Timo Muller, en présence de l’ambassadeur de la République Fédérale d’Allemagne au Maroc, Robert Dölger.

Portant sur le projet intitulé « Transformation Numérique de l’Administration Marocaine », la première convention d’un montant de 3 millions d’euros s’étale sur 3 ans, et vise à accompagner les administrations et institutions publiques dans le but de moderniser les services publics numériques centrés sur les citoyens, et de mettre en œuvre des approches innovantes de coopération avec l’écosystème numérique afin d’accélérer la transformation numérique du secteur public au Maroc.

La deuxième convention, quant à elle, s’inscrit dans le cadre du projet intitulé « Inclusion Numérique des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises » et s’étend sur 4 ans pour un montant total de 5 millions d’euros. Elle vise à renforcer les capacités techniques et organisationnelles des acteurs institutionnels dans le domaine de l’inclusion numérique des TPME, ainsi qu’à mettre en place des mécanismes visant à réduire les coûts des transactions pour les prestataires de services afin de garantir la numérisation des PME, tout en renforçant leur capacité à utiliser les services appropriés pour leur transformation numérique.

S’exprimant à cette occasion, Mme Mezzour a mis en exergue l’importance de la transformation numérique de l’administration marocaine en tant que l’un des plus grands chantiers du ministère, qui s’emploie à accroître son efficacité et sa performance, ainsi qu’à donner plus de lisibilité et de visibilité sur les procédures et démarches administratives au citoyen conformément aux Hautes Orientations Royales.

Ainsi, sur le volet « eGov », la GiZ offre son accompagnement et son expertise sur 3 chantiers prioritaires, à savoir la conduite du changement, à travers l’élaboration d’un programme transverse d’accompagnement au sein des administrations publiques, et à travers l’écoute des besoins et du degré de satisfaction des usagers, et le prisme des citoyens et des entreprises, a-t-elle fait savoir.

L’appui de la GiZ intervient aussi en matière de déploiement et d’animation d’une communauté des ambassadeurs du numérique au sein des administrations publiques, a-t-elle ajouté. Au niveau de la digitalisation du secteur privé, et compte tenu des spécificités du tissu économique national, la ministre a mis en relief l’importance d’initier les TPME aux potentialités d’innovation, de compétitivité et de performance que le numérique recèle et renforcer leur capacité à utiliser des services appropriés pour leur transformation numérique.

Et de poursuivre qu’il s’agit également de renforcer les capacités techniques et organisationnelles des administrations et acteurs étatiques dans le domaine de l’inclusion numérique des TPME.

Pour sa part, Mme Lorenz a mis en avant l’importance des deux conventions signées, dans la mesure où elles permettront non seulement de travailler dans deux domaines clés, à savoir la transformation numérique de l’administration et l’inclusion numérique des TPME, mais également de mettre en valeur ce partenariat pour accélérer la transformation numérique dans autres secteurs où la GIZ coopère déjà depuis plusieurs années avec d’autres ministères et partenaires au Maroc.

Elle a, dans ce sens, réitéré l’engagement de la GIZ en ce qui concerne le soutien des ambitions du Maroc à travers l’expérience acquise dans le conseil aux gouvernements partenaires dans toutes les régions du monde.

A son tour, M. Dölger s’est réjoui de ce partenariat tout en mettant l’accent sur son objectif principal visant à favoriser le développement d’un écosystème numérique fort et d’encourager la création des partenariats entre le secteur public et le secteur privé afin de promouvoir l’innovation numérique, stimuler la croissance économique et accélérer la modernisation de l’administration publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button