MARRAKECH/ ASSEMBLÉES ANNUELLES DU FMI ET DE LA BM : LE PRIVILÈGE DU MAROC

HIBAPRESS-RABAT-COMMUNIQUÉ

Depuis 2015 jusqu’à aujourd’hui, les financements du Maroc se sont élevés à 11,3 Milliards de Dollars, accordés via la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) qui prête aux pays à revenu intermédiaire et solvables. Pour l’année fiscale 2023, close en juin dernier, le Royaume est le 11e pays bénéficiaire des financements de cette institution à l’échelle mondiale avec 1,85 Milliard de Dollars approuvés. Ce montant annuel historique dépasse le précédent record de 1,83 Milliard enregistré un an plus tôt.

Pour la Banque Mondiale, le renforcement de son appui au Maroc ces dernières années s’inscrit dans un contexte mondial et régional compliqué avec le triple choc de la crise sanitaire, de l’impact de la guerre en Ukraine et du Changement Climatique qui se manifestent notamment par le problème de la sécheresse et du stress hydrique. Ce fort appui financier s’explique également par le fait que le Maroc se dote d’atouts stratégiques importants et se distingue par rapport à d’autres pays de la Région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), que ce soit en raison de son cadre macroéconomique favorable, de sa stabilité économique et politique, de sa capacité institutionnelle ou encore de l’engagement du gouvernement à mener des chantiers de réformes structurantes pour une plus forte inclusion sociale.

Pour l’année fiscale 2023, les financements ont concerné 5 projets/programmes en soutien à l’Education, la Santé, l’Inclusion Financière et Numérique, la Protection Sociale et la Transition Climatique. Un prêt de 450 Millions de Dollars a été accordé au Maroc pour développer l’inclusion financière et numérique. La Banque mondiale a approuvé également en faveur du pays 250 Millions de Dollars pour le Programme d’appui à l’Education, 350 Millions de Dollars pour soutenir l’amélioration de la protection sociale, 350 Millions de Dollars pour la transition climatique et 450 Millions de Dollars pour la réforme de la santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button