Le CHU Hassan II de Fès forme son personnel à la sécurité transfusionnelle

Hibapress

La Faculté de Médecine, de Pharmacie et de Médecine Dentaire de l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès a organisé, mardi, en partenariat avec le CHU Hassan II une rencontre sur la transfusion sanguine à l’intention du personnel médical du service de néphrologie.

Cet événement, qui s’inscrit dans le cadre d’un partenariat entre l’université et l’hôpital, avait pour but de sensibiliser les participants aux bonnes pratiques en matière de transfusion sanguine.

La formation a été animée par le Dr Abderrahim Benyasghi, ancien directeur du Centre régional de transfusion sanguine de Fès. Dr Benyasghi a ainsi passé en revue les différentes étapes d’une transfusion sanguine, insistant sur l’importance du bilan pré-transfusionnel qui permet de rechercher une éventuelle incompatibilité entre le receveur et le donneur, et ainsi prévenir les risques de réaction transfusionnelle. Dr Benyasghi a ensuite expliqué le protocole à suivre pour réaliser la transfusion proprement dite, notamment les règles d’identification du patient, de vérification des concordances entre la prescription médicale, l’identité du receveur et les produits sanguins labiles. Les participants ont également reçu des consignes précises concernant la pose de la voie veineuse, le débit et la durée de la transfusion.

L’intervenant s’est également attardé sur les mesures d’urgence à adopter en cas de survenue d’une réaction transfusionnelle, en insistant sur l’importance d’une prise en charge rapide, l’objectif étant d’informer les participants sur les bonnes pratiques à adopter et les précautions à prendre lors de la réalisation d’une transfusion.

Cette formation répond à un besoin du service de néphrologie du CHU Hassan II, comme l’a expliqué son chef de service, le Dr Tarik Sqalli Houssaini. Pour lui, les patients insuffisants rénaux traités dans ce service ont fréquemment besoin de transfusions sanguines, parfois en urgence. Il est donc essentiel que le personnel maîtrise parfaitement cet acte médical, d’autant plus qu’il implique certains risques.

Dr Sqalli Houssaini a souligné également l’intérêt de ce type de formations transversales, qui permettent de renforcer les liens entre différents services et spécialités. « Le service de néphrologie, de par la nature de son activité, est amené à collaborer étroitement avec d’autres départements, dont le centre de transfusion sanguine qui fournit le sang nécessaire aux transfusions », a-t-il relevé.

Cette formation, qui s’inscrit dans le cadre d’une série de rencontres baptisées « L’invité de la néphrologie », vise à tisser des ponts entre cette discipline et les autres spécialités impliquées dans la prise en charge des patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button