Guinée-Bissau : Le président Embalo dénonce « une tentative de coup d’Etat »

Hibapress

Le président bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo, a dénoncé samedi une « tentative de coup d’Etat » qui aura « de lourdes conséquences » après des affrontements entre l’armée et des éléments des forces de sécurité qui ont fait au moins deux morts.

« J’étais à Dubaï où j’ai pris part à la COP 28. Je ne pouvais pas rentrer à cause de la tentative de coup d’Etat. Je tiens à vous dire que cet acte aura des conséquences graves », a déclaré à son retour à Bissau le président Umaro Sissoco Embalo à la presse.

« Il y avait des indices, nous allons vous les montrer. Ce coup d’Etat a été préparé avant le 16 novembre (date des célébrations du 50ème anniversaire des forces armées) », a-t-il souligné.

Des affrontements entre les éléments de la Garde nationale, retranchés dans une caserne du sud de la capitale Bissau, et les forces spéciales de la Garde présidentielle, ont éclaté la nuit de jeudi à vendredi, faisant au moins deux morts selon un responsable militaire.

Le calme est revenu vendredi en milieu de matinée avec l’annonce de la capture ou la reddition du commandant de la Garde nationale, le colonel Victor Tchongo, rapportent des médias. « Le colonel Tchongo n’est pas un fou. Il a été envoyé par quelqu’un pour entrer dans les installations de la PJ exfiltrer Souleiman Seidi. L’empire des lois doit fonctionner. Le procureur général est l’avocat de l’Etat », a dit M. Embalo.

Le président a ensuite annoncé qu’une commission d’enquêtes sera constituée lundi.

« On n’organise pas un coup d’Etat contre le président de l’Assemblée nationale, encore moins contre un Premier ministre, mais contre le président de la République commandant en chef des armées », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button