Code de la famille : le parti progrès et socialisme (pps) veut une seule épouse et l’héritage pour le mari non musulman

HIBAPRESS-RABAT

Le mariage présenté par le Parti « Progrès et Socialisme », dans son projet de mémorandum concernant le Code de la Famille, a déclaré que « la polygamie constitue l’un des défauts qu’il faut surmonter en l’abolissant et en l’interdisant complètement et absolument, car elle incarne l’un des pires formes de discrimination et de violence légale à l’égard des femmes, et dégrade leur dignité et leur humanité. »

Le PPS estime que la polygamie « perpétue une manifestation de l’esclavage sous ses nouvelles formes et viole profondément toutes les exigences liées à l’égalité entre hommes et femmes ». En plus des sentiments d’injustice, et d’humiliation qui en résultent chez les femmes, et des effets négatifs qui en résultent et des situations et relations familiales anormales.

Concernant l’intolérance à l’héritage, le PPS a confirmé qu’il aborde les questions d’héritage, en principe, avec la ferme conviction de l’égalité complète entre les femmes et les hommes. Mais en même temps, il évoque les contraintes qui entourent le sujet, du fait de l’interprétation rigide de certains textes, sans se laisser ouvrir à des interprétations éclairées à cet égard.

Il a appelé à l’abolition complète du fanatisme, compte tenu des effets et des problèmes qu’il crée au niveau de la réalité, et à limiter les héritiers aux branches et ascendants s’ils existent et pas aux autres.

Quant au testament, il doit être élargi et les héritiers ne doivent pas être exclus de l’argent de l’héritier, avec la nécessité de le protéger de tout recours, et de ne pas exiger que le reste des héritiers l’autorise, tout en trouvant des formules juridiques appropriées pour garantir les droits des enfants parrainés par la succession.

Le PPS poursuit ses propositions : « En ce qui concerne l’héritage entre musulman et non-musulman, et dans le cadre de la lutte contre toutes les formes de discrimination, y compris celles fondées sur la Croyance, le Parti propose d’abandonner la différence de Religion comme l’une des barrières successorales entre époux et entre descendants, pour éviter de contraindre les intéressés et contraints à recourir à la fraude et aux fausses déclarations de conversion à l’Islam.

Afin de protéger les droits des époux, et de préserver leur dignité et celle des enfants, le Parti propose, en cas de décès de l’un des époux, de permettre aux époux survivants d’avoir l’usage exclusif du domicile conjugal avec tout son équipement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button