Réduction des disparités spatiales et sociales : Akhannouch dresse le bilan

Hibapress

Le programme de réduction des disparités spatiales et sociales a atteint la plupart de ses objectifs au niveau du ciblage territorial, a indiqué, mardi, le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.

Le programme a également permis de consacrer les effets attendus dans tous les projets achevés, contribuant ainsi à améliorer le niveau de vie des familles rurales, notamment à travers le désenclavement et en fournissant des services de base à toutes les communes ciblées, a ajouté M. Akhannouch, qui répondait à une question centrale à la Chambre des conseillers, dans le cadre de la séance mensuelle sur le thème  »le Programme de réduction des disparités territoriales et sociales ».

Dans ce sens, le Chef du gouvernement a salué la qualité du suivi et l’efficacité des investissements programmés, réalisés aux différentes étapes du programme, notant que le travail des comités régionaux de développement de l’Espace rural et des zones de montagne a été accompagné d’une étude de la situation des collectivités territoriales, à travers l’élaboration de cartes documentant la localisation des disparités spatiales par rapport aux secteurs concernés, afin d’orienter et de relier les investissements et répondre ainsi aux besoins et aux priorités.

A cet égard, il a indiqué que sept plans de travail annuels ont été élaborés pour chaque région, convenus entre la Commission Nationale de Développement de l’Espace Rural et des Zones de Montagne et les douze comités régionaux, notant que les budgets alloués à l’élaboration de ces plans s’élèvent, à fin octobre 2023, à 43,61 milliards de dirhams, dont 18,19 milliards de dirhams au titre de la contribution au Fonds de développement rural des zones de montagnes (41,71% des allocations allouées).

M. Akhannouch a précisé que le total des allocations engagées s’élève à environ 42 milliards de dirhams, et le total des décaissements à plus de 31 milliards de dirhams, équivalant respectivement à 96% et 71% du total des allocations allouées, soulignant qu’il s’agit de taux records qui reflètent le degré d’engagement et de sérieux ayant accompagné la mise en œuvre de ce chantier royal.

A cette occasion, il a fait noter que le budget alloué aux zones de montagne dans l’élaboration des mêmes plans annuels représente une part de 74,26% de l’investissement total prévu, s’élevant à 35,80 milliards de dirhams, dont la contribution du Fonds de développement rural des zones de montagnes, qui s’est élevée à plus de 14,60 milliards de dirhams, soit environ 74% de la contribution totale du Fonds.

Le Chef du gouvernement a aussi relevé que l’importance des dotations financières évoquées se reflétait de manière significative dans la diversité des réalisations sur le terrain et leur répartition territoriale, en ciblant un total de 1.243 collectivités territoriales, dont 140 collectivités comprenant des centres ruraux, au bénéfice d’une population rurale totale de 14 millions de personnes, soulignant que ces plans annuels incluent certaines zones urbaines qui connaissent des flux et des interactions régulières de la population rurale, puisque les projets programmés couvraient 91 communes urbaines.

Concernant le volet du désenclavement et de renforcement des routes rurales, M. Akhannouch a cité la construction et l’entretien de 19.440 kilomètres de routes et pistes rurales, et la construction et reconstruction de 177 installations techniques, tandis que 4.892 kilomètres sont en cours d’achèvement, précisant que les régions montagneuses ont vu l’achèvement d’environ 65% des opérations de construction et d’entretien de routes et pistes de 12.525 km.

Grâce à ces réalisations, le nombre de communes ayant un bon accès des catégories (5) et (6), qui est la catégorie la plus élevée du classement et qui a accès à tous les services de base, a augmenté de 221 communes supplémentaires, passant de 817 en 2016 à 1.038 fin 2022.

Quant à l’axe d’extension du réseau d’approvisionnement en eau potable et en électricité, 667 installations d’eau potable ont été achevées et le réseau a été élargi avec 1.084 km de canaux pour l’approvisionnement de cette matière vitale, en plus de la réalisation de 26.318 opérations de raccordements individuels et mixtes et des fontaines.

En ciblant les zones de montagne avec 491 systèmes d’eau potable et 82% de raccordements individuels et mixtes et de fontaines, le nombre de communes appartenant aux catégories (5) et (6) selon l’indice de raccordement à l’eau potable, est passé de 791 en 2016 à 919 fin 2022, soit une augmentation de 128 communes, dont 95 dans les zones montagneuses.

Concernant l’électrification rurale, M. Akhannouch a expliqué que des travaux ont été réalisés pour électrifier 998 douars, en plus de l’extension du réseau électrique sur une longueur de 997 km, tandis que les zones montagneuses ont connu l’électrification de 821 douars, soit environ 82% de la superficie totale des opérations d’électrification rurale, de sorte que le nombre de communes dans la catégorie (6), est passé, selon l’indice de raccordement électrique, de 816 en 2016 à 1.212 fin 2022, soit une hausse de 396 communes.

Concernant l’axe de réhabilitation des équipements de base du secteur de l’enseignement, M. Akhannouch a fait savoir que 2.894 opérations liées à la construction, reconstruction, expansion et réhabilitation des infrastructures du secteur éducatif ont été réalisées à un taux d’environ 76%, et l’extension et entretien des établissements d’enseignement dans les zones montagneuses avec 1.712 opérations, en plus de 962 opérations d’acquisition de bus de transport scolaire et 139 opérations d’équipement d’espaces éducatifs, soulignant que le classement des communes, selon l’indice d’accès aux infrastructures éducatives, a enregistré le renforcement des catégories (5) et (6), avec 78 communes supplémentaires, le nombre de communes dans cette catégorie étant passé de 669 en 2016 à 747 fin 2022.

Selon l’indice de qualité des infrastructures éducatives, le nombre de communes dans les catégories (5) et (6) a été porté à 56 communes, le nombre de communes dans cette catégorie étant passé de 346 en 2016 à 402 fin 2022.

Dans le domaine de la santé, a ajouté M. Akhannouch, 790 opérations de construction, de reconstruction, d’entretien, d’extension et de réhabilitation des infrastructures sanitaires de base ont été réalisées, dont 66% pour les zones montagneuses, tandis que l’extension et l’entretien des établissements de santé ont concerné 518 opérations, outre la réalisation d’environ 766 acquisitions d’ambulances et unités mobiles, et 640 opérations d’équipement des centres de santé et dispensaires, qui ont contribué à améliorer le classement des communes des catégories 5 et 6, selon l’indice d’accès aux infrastructures sanitaires, avec 94 communes supplémentaires, portant ainsi le nombre de communes dans cette catégorie de 640 en 2016 à 734 fin 2022.

Concernant l’indice de qualité des infrastructures de santé, selon le Chef du gouvernement, le nombre de communes en catégories (5 et 6) a été augmenté de 370 communes, portant le nombre de cette catégorie de 425 communes en 2016 à 795 à fin 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button