Les nuages ​dans le ciel Marocain sèment l’espoir et ravivent les espoirs restants

HIBAPRESS-RABAT

Ce n’est un secret pour personne, la situation de l’eau au Maroc n’augure rien de bon en raison des années successives de sécheresse et de ses répercussions sur l’approvisionnement en eau, épuisé par la politique de stress hydrique, tantôt dû aux forages illégaux de puits, tantôt en raison de l’absence d’une culture d’utilisation appropriée de l’eau chez certains, et à d’autres moments parce que d’autres l’adoptent.

Au cours de son activité agricole, les cultures épuisent les réservoirs restants de barrages, de vallées, de rivières et d’eaux souterraines, un danger que le Ministre de l’Eau au Parlement a mis en garde contre…

Au milieu de tout cela, les cultivateurs n’ont d’autre issue que de mendier, de s’approcher et de supplier le Seigneur ,peut-être que le ciel sera généreux et leur épargnera le manque en eau.

Alors que dans le passé, l’homme cherchait de l’eau pour irriguer ses cultures et son bétail, aujourd’hui il « demande l’hiver » pour apaiser sa soif après que le spectre de la soif a commencé à menacer son existence en tant qu’être humain et son unique préoccupation est devenue d’assurer sa part d’eau potable…

Aujourd’hui qu’il a commencé à pleuvoir, c’est effectivement un signe du ciel qui va , néanmoins, redonner espoir, tandis que les agriculteurs espèrent davantage du Tout-Puissant pour que leurs cultures soient bonnement irriguées.

Les pluies attendues auront un impact positif, notamment sur le lit d’eau, car elles contribueront à l’amélioration des réserves d’eau de nombreux barrages, sans parler de la recharge des eaux souterraines, qui a été endommagée ces dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button