L’un des pires ennemis du Maroc à la CAF dans le pétrin: « Hawks » l’accuse de vol de  1,3 million de rands

HIBAPRESS-RABAT

L’un des pires ennemis du Maroc à la CAF qui a toujours entravé les intérêts du Royaume au sein de l’Instance Africaine de Football, qui continue de le faire défendant entre-temps la cause de l’algérie à la CAF, ayant été derrière l’arrivée du petit fils de Mandela à Oran lors du CHAN et sa célèbre allocution contre le Maroc, et qui dirige depuis plus de 30 ans la fédération sud africaine de football, semble cette fois-ci pris en tenailles par une Unité de Lutte Contre les Infractions Commerciales Graves appelés (Hawks) qui l’accuse de graves délais

Toujours est-il, l’Unité de Lutte Contre les Infractions Commerciales Graves (Hawks) a effectué une descente musclée au siège de la Fédération Sud-africaine de Football (Safa, sigle anglais) le 8 mars dernier.

La Confédération Africaine de Football suit de près les récents développements en Afrique du Sud, où le siège de sa Fédération de football a été perquisitionné par l’Unité de Lutte Contre les Infractions Commerciales graves, communément appelée les Hawks. Cette action a suscité des préoccupations quant au respect et à l’image du football dans le pays.

La CAF a demandé à la Safa, dans un communiqué diffusé samedi 16 mars, de lui fournir un rapport détaillé attestant que ni l’Association ni son Président, Dr Danny Jordaan, n’ont enfreint les règles établies par les deux instances du football mondial.

Les allégations formulées par l’unité d’enquête des Hawks sur les délits commerciaux graves sont sérieuses, conformément aux principes juridiques internationaux et à la jurisprudence

Selon le porte-parole des Hawks, le colonel Katlego Mogale, cité par plusieurs médias, cette perquisition fait suite à des allégations qui « indiquent qu’entre 2014 et 2018, le président de la Safa, Danny Jordaan, a utilisé les ressources de l’organisation à son profit personnel, notamment en embauchant une société de sécurité privée pour la protection personnelle et une société de relations publiques sans l’autorisation du conseil d’administration de la Safa. »

En le faisant, « le président aurait également violé les statuts de Safa, préjudiciant ainsi à Safa une perte réelle de 1,3 million de rands », poursuit le colonel.

A en croire certains médias, un ordinateur portable, des disques durs externes, une clé USB et d’autres documents feraient partie des éléments confisqués par les Hawks

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button