Carnets du Ramadan… N’est-il pas temps pour les créateurs de banalités de cesser leurs banalités. A qui la faute?

HIBAPRESS-Mohamed Manfalouti

Nous avons dit, et ceux qui ont avec nous une grande opinion et sagesse ont dit que le Ramadan est le mois de la réconciliation avec le Créateur, et c’est un mois d’honneur, au cours duquel les supplications sont élevées jusqu’au ciel et exaucées, au cours duquel la miséricorde l’emporte.

Mais toute la vérité, que seule une personne ingrate ou arrogante peut nier, est que la trivialité, l’absurdité, l’indécence ne se limitaient pas à des mois précis, mais s’étendaient plutôt jusqu’au mois de Ramadan, ou les créateurs continuent de créer l’événement et de distribuer des abominations, à la fois apparentes ou cachées.

Après que leur renommée soit devenue « une mendicité de likes et de vues », ils se sont adaptés à cela, en se procurant un téléphone « Blade », pour s’engager dans la documentation de leurs « absurdités ». avec le goût de mouvements excitants de parties de leur corps, ou leur impudence peut les conduire à documenter même sur leur lit avec leurs femmes, à une époque où les signes de chevalerie et de virilité étaient absents et dans lesquels leurs traces se mêlaient à celles des chevaux de race pure.

Ce sont eux les créateurs de banalités, qui ne sont pas à blâmer en réalité. Au contraire, toute la faute incombe à tous ceux qui courent après eux, suivent leurs fautes et contribuent à élever leur niveau d’audience. Oui, ils créent ces sujets triviaux avec leurs positions, avec des rires et des sourires artificiels, sans contenu, sans sens ni valeur. C’est énorme pour ceux qui les suivent parmi les leurs, qui rabâchent la même trompette de la médiocrité et de l’absurdité. Leur seul et unique souci est de créer du « buzz vide » afin de doubler leurs revenus financiers, même au détriment de leur honneur et de leur dignité

Ce sont donc des créateurs de trivialité, qui ont bénéficié de la marge de liberté qui leur était accordée sur les réseaux sociaux en l’absence d’un encadrement strict et de sanctions…

Ils ont profité de cette marge de liberté pour se créer des noms sur papier qui allaient vite s’effacer et perdre de leur éclat tant que leur motivation première était l’avidité et l’amour de l’argent pour afficher ce qui restait de leur honneur sur les réseaux sociaux.

Alors que nous vivons au parfum d’un mois béni, qui efface les péchés des mois passés, disons un mot commun entre nous et vous, pour que nous ne nous écartions pas des principaux objectifs suscités par les médias sociaux et la technologie en général, et que nous ne comprenions pas cela mal et que nous ne le gérions pas mal. Au lieu que ces gens l’exploitent au service du positif, ils ont perdu leurs habitudes et les ont utilisés pour ce qui est pire… Quel dommage…

Ce sont des créateurs de banalités, qui n’ont ni limite ni caractère sacré de temps ou de lieu, et dans le but d’atteindre la renommée et un profit rapide sans difficulté, ils échangent l’honneur qui leur reste, mais d’un autre côté, il y a un long chemin à parcourir.

Ici, le rôle des médias et du journalisme honnête consiste à corriger le cap, à semer les graines de la Culture dans la société et à ne pas la « tyranniser ». La vérité absente actuelle est que chaque membre de la société a suffisamment de conscience et de réflexion pour faire la distinction entre les choses, mais il arrive qu’il ferme les yeux et se laisse aller à regarder ces scandales et ces absurdités, et qui sera inévitablement tenu pour responsable devant lui-même, devant l’histoire et devant Dieu Tout-Puissant, qui dit : « En effet, ceux qui aiment l’indécence qui se répand parmi ceux qui ont cru aura un châtiment douloureux dans ce monde et dans l’au-delà, et Dieu le sait et vous ne savez pas… »

Nous leur disons, respectez au moins ce Mois Sacré et faites des choses qui sont conformes au caractère sacré de ces jours bénis, peut-être seront-ils pour vous un moyen de changer de cap….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button