JOURNÉE EURO-MÉDITERRANÉENNES SUR L’EMPLOYABILITÉ: TOTALE RÉUSSITE

Des experts représentant le monde de l’entreprise, les universités, les organisations de la société civile, les autorités locales et les étudiants des deux rives nord et sud de la Méditerranée, ont été réuni récemment dans une rencontre pour plaider autour la thématique centrale qui préoccupe nous tous, à savoir l’employabilité des jeunes diplômés.

Cette rencontre est organisée par l’Université Mohammed V de Rabat (UM5), la Faculté des Sciences de Rabat, l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) de Brest et le Secrétariat HOMERe, avec les soutiens du Ministère de l’Éducation Nationale, de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique du Maroc et du Secrétariat Général de l’Union pour la Méditerranée (UpM), le 04 mai 2018 à la Faculté des Sciences -Rabat.

A cette occasion, Monsieur le Ministre de l’Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Pr. Saaïd AMZAZI, qui est représenté par Monsieur Mohamed Aboussalah, Secrétaire Général de la tutelle ministère, a expliqué que l’employabilité des jeunes diplômés constitue une problématique qui est au cœur des débats dans le monde entier. Elle l’est davantage dans les pays du sud de la Méditerranée où le taux de chômage parmi les jeunes titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur commence à prendre des proportions alarmantes, a-t-il ajouté.

M. le ministre a appelé, à cette occasion, de s’orienter vers un nouveau paradigme de l’enseignement supérieur où les institutions de formation doivent être constamment à l’affût des évolutions du marché de travail et des exigences socioéconomiques de leur environnement, et où la formation aux compétences doit être au cœur de la politique de formation.

Dans l’optique d’améliorer l’employabilité au niveau national, M. le ministre a affirmé que plusieurs mesures ont été entreprises dans ce sens notamment, la diversification et de la professionnalisation des formations, du développement de l’orientation vers les filières scientifiques et techniques ; du renforcement des compétences transversales des étudiants,; et de l’implication des partenaires socio-économiques dans le montage des formations et dans l’encadrement et l’évaluation des étudiants.

Dans la même perspective, des programmes ont été lancé dont : « Les Career Centers » a été récemment mis en place dans le cadre d’un partenariat avec l’USAID. Les « Career Centers » créés pour fournir aux jeunes des outils de diagnostic pour les aider à découvrir leurs potentialités, de l’information sur les parcours professionnels, des formations pour se préparer à entrer sur le marché du travail, et des occasions d’interagir avec le monde du travail, aussi un programme de «Doctorat CIFRE» pour favoriser l’insertion professionnelle des diplômés et maintenir une pédagogie réactive en lien avec les évolutions du marché de l’emploi, a déclaré M. le ministre.

Ce programme a été développé en collaboration avec la France en vue de permettre aux étudiants des grandes écoles marocaines de réaliser leur doctorat en France et au Maroc dans le cadre d’un partenariat entre un ou plusieurs laboratoires académiques et une entreprise, a-t-il ajouté.

De sa part, M. le président de l’Université Mohammed V de Rabat (UM5) par intérim, Pr. Abdelhanine BELHAJ a affirmé que « L’UM5 a travaillé pour améliorer l’employabilité des jeunes diplômés depuis décennie, et ce à travers le lancement de plusieurs projets dans ce sens notamment, la création des formations professionnelles adaptées aux besoins de marché du travaille, le renforcement des compétences transversales des étudiants en communication, informatique et entreprenariat, aussi l’organisation du Forum d’emploi et plusieurs rencontres sur l’employabilité, de même, la création d’une cellule au sein de l’UM5 pour fait le suivi de l’insertion de ses lauréats dans le marché du l’emploi, etc».

Cet espace d’échanges et de rencontres, qui a regroupé 43 pays et plus de 200 participants, est l’occasion pour approfondir les débats et formuler des propositions concrètes à même de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, aussi pour donner un nouvel élan au Programme HOMERe dans la région Méditerranée et dans certains pays africain, a ajouté Monsieur Belhaj.

D’autre part, le président honoraire et responsable du programme HOMERe, Monsieur Léo VINCENT a déclaré que cette rencontre, vise à renforcer l’employabilité des jeunes de la rive sud de la Méditerranée à travers d’un stage international de fin d’études de six mois dans une entreprise à dimension méditerranéenne, et faciliter ainsi leur accès à un premier emploi qualifié dans leur pays d’origine grâce aux compétences acquises et contacts établis. De même de promouvoir les opportunités et les défis liés au développement de stages en entreprise et mettre en avant le rôle spécifique du secteur privé à cet égard, a-t-il ajouté.

Monsieur Léo VINCENT a annoncé officiellement, à cette occasion, la création des groupes HOMERe dans plusieurs pays participants dont le groupe HOMERe-Maroc et la constitution d’un Club Entreprises HOMERe, de même a réclamé que le programme HOMERe a décidé de s’ouvrir à d’autres pays africains désireux de rejoindre ledit programme.

De sa part, le Président de l’Université de Bretagne occidentale (UBO), Pr. Matthieu GALLOU a rappelé que l’HOMERe (Haute opportunité pour le recrutement en Méditerranée de cadres d’excellence) est un projet labellisé par l’Union pour la Méditerranée (UpM) dans le cadre de l’Initiative Méditerranéenne pour l’Emploi rejoint celui que l’UBO met en œuvre depuis 2008 avec 15 universités/écoles d’ingénieurs marocaines dans les Opportunités des Technologies de l’Information (OTI_HOMERe) et de la Communication, qui promeut la mobilité de stages en Méditerranée afin d’aider les jeunes à améliorer leur employabilité.

D’autre part, le Doyen de la Faculté des Sciences de Rabat, Pr. Mourad EL BELKACEMI a exprimé que l’emploi est considéré universellement comme étant une composante fondamentale de la dignité et un moyen d’assurer une vie décente, ajoutant M. EL BELKACEMI que la réussite de cette mission nécessite la mise en œuvre d’une véritable politique publique qui intègre l’ensemble des partenaires relevant de l’université, du monde socio-économique et des autorités locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button