Ramadan, les Marocains des Pays-Bas et s'accrochent aux anciennes traditions

Ce sont des Marocains, où qu'ils vivent et voyagent, qui incarnent les valeurs de tolérance, de coopération, de solidarité et d'hospitalité, et ici aux Pays-Bas, où la communauté marocaine dessine des signes d'adhésion à l'identité marocaine aux tables du petit-déjeuner.

Ici, dans ce pays européen, la communauté marocaine organise des iftar collectifs d'une manière qui incarne la noblesse des Marocains en construisant des liens de fraternité au sein de la communauté musulmane, avant que tout le monde ne se dirige vers les mosquées pour accomplir les prières de Tarawih, où la foule et la forte participation sont les maîtres mots. caractéristique marquante.

Les responsables de cette initiative humanitaire et spirituelle s'efforcent de perpétuer la culture et les traditions immortelles des Marocains, et de donner des leçons de solidarité, de synergie et de compassion entre toutes les composantes de la société, conformément aux enseignements de notre vraie religion.

***Comme si vous étiez au Maroc

Ils représentent de nombreuses composantes de la communauté marocaine, alors qu'ils parcourent les rues et les marchés pour faire leurs achats et répondre à leurs besoins en biens de consommation à saveur marocaine, car ils sont soucieux de préserver les coutumes et les traditions, même la harira marocaine au goût de tomates rouges, coriandre, menthe, pois chiches et lentilles sont présents, la demande augmentant malgré la demande croissante.Sur le « céleri », dont le prix atteint 15 dirhams marocains pour un « flic »…

La cuisine marocaine, avec ses délices distinctifs et ses plats variés, est ici indispensable parmi les membres de la communauté marocaine résidant aux Pays-Bas, que ce soit au petit-déjeuner ou à la table du suhoor. C'est une tentative de leur part d'enraciner et de consacrer le caractère marocain et de créer un environnement social et familial face aux contraintes de l'expatriation.

Ainsi, les magasins et les marchés sont très demandés au cours de ce mois béni, alors que les membres de la communauté se rassemblent en grand nombre pour s'approvisionner tout en dégustant leurs anciens repas traditionnels marocains.

Le même tableau n'est pas différent de ce qui caractérise les points de vente traditionnels de pain et de friandises marocaines, où les familles se précipitent pour les acquérir, car elles ne peuvent pas les préparer à la maison en raison des restrictions de travail et des restrictions professionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button