Raja Naji Makkawi…un modèle idéal pour la réussite des femmes marocaines à occuper les plus hautes fonctions diplomatiques

La commémoration de la Journée internationale de la femme, le 8 mars de chaque année, est l'occasion de commémorer les réalisations et les acquis réalisés par la femme marocaine, ainsi que son rôle important dans divers domaines, notamment le domaine diplomatique. Le Maroc est à l'avant-garde des pays arabes et islamiques en ce qui concerne l'intégration des femmes dans le travail diplomatique, car la femme marocaine joue un rôle de premier plan et de pionnier dans ce domaine. Il n'y a aucune preuve de cela que les expériences des femmes diplomates dont l'histoire est pleine du Royaume, et au premier rang d'entre elles se trouve Raja Makkawi Naji, qui occupe le poste d'ambassadeur du Royaume auprès du Saint-Siège au Vatican, un haut modèle. et un modèle qui met en valeur la réussite de la femme marocaine et son rôle pionnier dans le travail diplomatique marocain. L'universitaire et diplomate marocaine Raja Naji a confirmé que la présence scientifique et pratique de Makkawi dans ce domaine est due à sa compétence et à son haut potentiel professionnel. Elle a également démontré clairement Dynamisme, travail acharné et capacité de communication et de négociation. Elle a enregistré sa présence distinguée dans diverses enceintes internationales, et a participé activement à de nombreuses conférences et réunions pour faire entendre la voix du Maroc et défendre ses enjeux.
Qui est Raja Naji Makkawi ?

Le 15 décembre 1958, Raja Naji Makkawi rend son premier souffle dans la ville de Ouazzane, où elle grandit dans une famille conservatrice. Son père, Muhammad Naji, était muhtasib de la ville, général encyclopédiste, et l'un de ses notables et intellectuels, tandis que sa mère s'occupait de s'occuper de la maison et d'élever ses cinq enfants.

La famille de Raja Makkawi a veillé à ce qu'elle reçoive une éducation primaire et secondaire jusqu'à ce qu'elle obtienne un baccalauréat en 1977, avant de partir pour la ville de Rabat avec son mari, où elle poursuit ses études universitaires et obtient une licence en droit civil et des affaires, puis un master de l'Université Mohammed V (premier de la promotion) dix ans plus tard. Elle a été la première Marocaine à obtenir un doctorat d’État en droit de l’Université Mohammed V en 1997, sur le thème « transfert et transplantation d’organes ».

Makkawi est considérée comme la première à avoir créé une unité de droit de la santé en Afrique et dans le monde arabe. Elle a publié de nombreux ouvrages et publié de nombreux articles scientifiques traitant du droit médical et de la conduite de la profession médicale, notamment « le transfert et la transplantation d'organes ou la usage médical des organes et corps humains », « transfusion sanguine », Othanasie, clonage, responsabilité médicale… et « Enfants marginalisés : leurs enjeux et leurs droits », et bien d'autres sujets encore.

Makkawi a occupé de nombreux postes et responsabilités académiques, puisqu'elle a été professeur d'enseignement supérieur à l'Université Mohammed V, chef de l'unité de recherche en droit de la santé, experte et conseillère juridique auprès de plusieurs institutions et organisations nationales et internationales, et membre du comité de rédaction de la Revue marocaine de droit, politique et économie depuis 1996. Elle a enseigné dans les universités les plus prestigieuses, ainsi que dans les centres américains, européens et arabes, ainsi qu'en Afrique et en Asie.

Celle que Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste et l'a soutenu, au Saint-Siège, déploie des efforts inlassables pour promouvoir le travail diplomatique, en plus d'entreprendre de nombreuses initiatives louables qui ont permis d'enrichir et d'approfondir le dialogue entre les religions et cultures, en plus de sa contribution à diverses manifestations organisées.

Raja Naji Makkawi a prouvé, à juste titre, sa capacité à accomplir les tâches qui lui sont assignées dans le domaine du travail diplomatique, car elle a confirmé sans aucun doute qu'elle est capable de donner et de travailler avec un dévouement total et un altruisme afin de faire rayonner le Royaume et défendre ses enjeux vitaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button