Rome… mettant en lumière la politique du Maroc en matière de lutte contre le changement climatique et de développement durable

Son Excellence l'Ambassadeur de Sa Majesté le Roi auprès du Vatican, Mme Raja Naji Makkawi, a mis en avant les efforts pionniers déployés par le Royaume du Maroc dans le cadre de sa politique distinguée en matière de lutte contre le changement climatique, de promotion du développement durable et de protection. l'environnement et la biodiversité, lors de la conférence organisée hier à Rome par le Réseau italien pour le dialogue euro et méditerranée,
(IDE), les bureaux de la Commission européenne et du Parlement européen en Italie, en coopération avec des institutions et centres de recherche, sous le slogan : L'Union européenne et l'Italie pour le développement durable en Afrique et dans la région méditerranéenne.

Dans son intervention, l'Ambassadrice a souligné que, grâce à la vision avisée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Royaume du Maroc est devenu à l'avant-garde des pays leaders dans le domaine de la protection du climat et de l'environnement, du développement durable et des solutions alternatives et propres. énergétiques, à l’échelle internationale, continentale et régionale.
À cet égard, Mme Raja Naji a évoqué le problème de la crise climatique dans les pays d'Afrique et du sud de la Méditerranée, qui a créé et provoqué de nouveaux défis dans cette partie du monde dans le domaine de la sécurité alimentaire, de la stabilité et de la sécurité environnementale. à cause de la sécheresse, des tremblements de terre, des inondations, du réchauffement climatique et des incendies de forêt, qui touchent des milliers d'hectares chaque année… et d'autres domaines. Avec toutes les pressions, ces fléaux pèsent sur le développement rural, la production agricole et la gouvernance urbaine, ce qui conduit à une exacerbation de la fragilité dans la plupart des pays et exacerbe les facteurs d'instabilité politique et sécuritaire déjà complexes qui existent déjà dans la région.

Mme Naji n'a pas manqué de souligner qu'à l'heure où les pays d'Afrique et du sud de la Méditerranée peinent à trouver les ressources nécessaires pour financer leurs besoins urgents imposés par les nécessités du processus de développement social, économique et sécuritaire, de nouveaux fardeaux sont apparus. y ont été ajoutées pour trouver les ressources nécessaires pour atténuer les répercussions négatives du phénomène de changement climatique et du réchauffement climatique. Notons que la responsabilité de ces pays dans le réchauffement climatique reste très faible, comparée aux pays industrialisés. En violation du principe du « pollueur-payeur ».

Mme Raja Naji a souligné lors de cette conférence que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a tenu, dès le plus jeune âge, à faire de la protection du climat et de la biodiversité l'une des priorités les plus importantes de toutes les politiques publiques marocaines visant à évoluer vers une économie verte et un développement durable. , ce qui a fait du Royaume du Maroc l'un des premiers pays à s'être associé très tôt et à être un militant de premier plan dans les efforts internationaux de lutte contre le changement climatique.

A cet égard, l'Ambassadeur a rappelé le cadre juridique, les stratégies et programmes nationaux et la gouvernance climatique en vigueur au Maroc dans ce domaine, notamment la Stratégie nationale de développement durable, la Politique avancée de développement des énergies renouvelables nationales, des ressources en eau. des Plans de Rationalisation et du Système National d'Inventaire des Gaz à Effet de Serre (SNI).-GES), des politiques de développement de l'hydrogène vert, de l'économie bleue et de la recherche scientifique dans le domaine du changement climatique, ainsi que des politiques de formation, de sensibilisation et de sensibilisation des problèmes environnementaux.

Mme Naji a également souligné les engagements internationaux et régionaux du Royaume dans ce domaine, notant, à cette occasion, l'engagement actif du Maroc dans les initiatives et mécanismes juridiques pertinents, ainsi que l'organisation de grandes manifestations pour lutter contre le changement climatique (COP). Ce n'est pas un hasard si Marrakech a accueilli la Septième Conférence des Parties (2001) puis la Vingt-Deuxième Conférence des Parties (2016)… Sous la direction pionnière de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, renforcer les partenariats maroco-africains intégrant les questions environnementales et climatiques.

L'Ambassadeur a souligné que sous le leadership pionnier et la forte volonté de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc œuvre au renforcement du partenariat qui intègre les questions environnementales et climatiques et échange ses expériences avec les pays africains frères dans le but de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable. Cela se reflète également dans l’implication du Royaume dans de nombreuses initiatives africaines visant à renforcer la coopération africaine dans ce domaine.

A cette occasion, Mme Rajai Naji a également évoqué les exigences du Royaume du Maroc pour l'engagement de tous les pays à accélérer le processus d'adaptation climatique et à renforcer le financement pour lutter contre le phénomène de dégradation de l'environnement et de réchauffement climatique, ainsi que la nécessité urgente d'une concertation internationale. communauté à faire preuve de plus de justice et d’équité dans ce domaine, notamment en fournissant le soutien financier nécessaire pour faire face aux impacts et répercussions complexes de la crise climatique dans les pays en développement.
Un hommage au rôle spirituel de Sa Majesté le Roi, en sa qualité de Commandeur des Croyants, dans la promotion du développement durable.

En réponse à une question sur le rôle de la diplomatie spirituelle dans la promotion du développement durable et de la transformation climatique, l'Ambassadeur Raja Naji a souligné que Sa Majesté le Roi, en sa qualité de Commandeur des Croyants, a toujours eu à cœur dans ses messages de raviver les valeurs, d'éveiller consciences humaines, et intégrer la dimension morale et la créativité dans les politiques de développement durable et dans d'autres domaines tels que la cohésion sociale, la famille et l'enfance… ajoutant que les institutions religieuses ont un rôle positif et important dans cette direction.

En réponse aux questions liées au Plan Mattei, adopté par le gouvernement italien concernant le développement de la coopération avec l'Afrique, l'Ambassadeur Raja Naji a déclaré dans sa déclaration à l'agence de presse italienne «ANSA», en marge du
La conférence a souligné que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a été le premier dirigeant à avoir œuvré pour que le partenariat du Royaume du Maroc avec le continent africain soit fondé sur l'égalité et profitable aux deux parties (Rabah Rabah), et à cet égard, il a effectué de nombreuses visites chez les frères pays africains, dans le but de consolider et de développer cette approche de la coopération. La dépendance de l'Afrique à l'égard de ses populations pour la réussite d'un développement organisé et durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button