La France dépouille un Marocain condamné pour terrorisme de sa nationalité et le renvoie au Maroc

 

Les autorités françaises ont décidé de renvoyer le Marocain Rachid Ait El Haj après sa condamnation en 2007 pour terrorisme et de le priver de sa nationalité française, selon ce qu’a annoncé le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin sur la plateforme « L’Express ».

Ainsi, Ait El Haj, qui a été condamné avec quatre autres personnes – trois Franco-Marocains et un Franco-Turc, a été condamné à huit ans de prison pour « appartenance à une association de malfaiteurs en vue de préparer un acte terroriste ».

Les cinq hommes ont été jugés pour leur lien direct avec des membres d’un groupe jihadiste responsable des attentats terroristes du 16 mai à Casablanca, qui ont fait 45 morts, dont trois Français, et environ cent blessés dans des attaques visant un restaurant, un hôtel et le siège d’une association juive.

Bien qu’ils aient été libérés entre 2009 et 2011, Rachid Ait El Haj a continué de susciter l’inquiétude des autorités depuis sa libération, soupçonné d’avoir eu des contacts directs avec Saïd Ahmed Ghlam, le cerveau présumé d’un attentat déjoué contre une église à Villejuif, près de Paris, en 2015.

Les cinq hommes ont été déchus de leur nationalité française en 2015 par des décrets publiés au Journal officiel, sur demande du ministre de l’Intérieur de l’époque, Bernard Cazeneuve, malgré un recours déposé auprès du Conseil d’État.

Dans ce contexte, le Conseil d’État a considéré que « compte tenu de la nature et de la gravité des actes terroristes commis », « la peine de déchéance de nationalité n’avait pas revêtu un caractère disproportionné ». Il a également souligné que « dans tous les cas, le comportement de la personne concernée après les actes commis n’avait pas permis de remettre en cause cette évaluation ». »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button