Crise de l’eau : Vers la levée des restrictions sur les hammams et les lavages-auto

Hibapress

Le ministre de l’Intérieur, Abdellatif Laftit, a indiqué qu’il avait appelé les walis des régions et les gouverneurs des préfectures et provinces du Royaume à tenir des réunions avec les propriétaires de hammams et de stations de lavage de voitures afin de revoir la décision de fermeture partielle de ces espaces.

Le ministre a précisé que cette mesure intervient en raison de l’amélioration de la situation hydrique due aux précipitations enregistrées dans certaines régions récemment, en tenant compte des conditions sociales des travailleurs du secteur.

Ces déclarations ont été faites en réponse à une question parlementaire sur la décision de fermer les hammams pendant trois jours par semaine, posée par la députée Fatima Zahra Bata au nom du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement.

Laftit a déclaré que les mesures prises pour faire face au stress hydrique visaient plusieurs secteurs et activités, notamment l’agriculture, l’industrie et les services qui sont connus pour leur consommation excessive d’eau.

Il a expliqué que ces mesures « ont permis de renforcer la conscience des citoyennes et des citoyens quant à l’importance de l’eau et à la nécessité de traiter cette ressource vitale de manière rationnelle et responsable ».

Le ministre a souligné que « malgré la courte période écoulée depuis la mise en œuvre de ces mesures, elles ont contribué à rationaliser la consommation d’eau de manière significative ».

Il a ajouté : « En ce qui concerne la décision de fermer les hammams pendant trois jours par semaine, prise pour atténuer le stress hydrique et rationaliser la consommation d’eau, elle a concerné tous les hammams, qu’ils soient traditionnels ou modernes, sans distinction, et les jours choisis ne sont généralement pas les jours où ces installations connaissent une affluence importante comme les autres jours de la semaine ».

Laftit a insisté sur le fait que « les efforts déployés pour gérer le stress hydrique ne porteront leurs fruits et n’atteindront les résultats escomptés que grâce à la forte contribution des citoyennes et des citoyens, et à leur engagement positif dans la mise en œuvre de toutes les décisions prises à cet égard par les autorités publiques ».

Pour rappel, les wilayas et les préfectures du Royaume avaient émis, depuis janvier dernier, des décisions strictes visant à rationaliser la consommation d’eau au cours de l’année en cours, notamment en limitant l’écoulement d’eau dans les quartiers résidentiels, en réduisant les jours de travail des hammams et des stations de lavage de voitures, et en interdisant la culture de la pastèque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button