Débat au Sénégal : Laquelle des deux femmes du nouveau président est la première dame ?

HIBAPRESS-RABAT

La semaine dernière, sous les applaudissements de milliers de partisans, le candidat du PAC et nouveau président du Sénégal, Backiro Diomaye Faye, est monté sur scène, tenant par la main ses épouses Marie et Abessa, un spectacle inhabituel dans l’arène politique du pays.

Avant de remporter le premier tour de l’élection présidentielle avec 54,28 % des voix, M. Diomaye Faye a révélé publiquement ses multiples mariages, une pratique traditionnelle et religieuse ancrée dans la culture sénégalaise.

Le nouveau président sénégalais s’est marié il y a quinze ans avec sa première épouse originaire de son village, Marie Khoun, avec laquelle il a eu quatre enfants, avant de se marier avec sa seconde épouse, Abessa, il y a environ un an.

« J’ai de beaux enfants parce que j’ai deux femmes merveilleuses, elles sont très belles », a-t-il déclaré lors de la campagne pour l’élection présidentielle. Je remercie Dieu qu’elles soient toujours à mes côtés », a-t-il déclaré pendant la campagne présidentielle.

En réponse à ses détracteurs, le nouveau président du Sénégal assume pleinement sa polygamie.

L’apparition publique de M. Faye entouré de ses deux femmes a relancé la question de la polygamie dans les médias, sur les réseaux sociaux et même au sein des familles au Sénégal, où elle fait depuis longtemps l’objet d’un vif débat dans un pays où plus de 90 % de la population est musulmane.

Binda Mbo, ancien ministre de la culture et professeur d’histoire, a déclaré que la nouvelle situation au palais présidentiel était « totalement inédite ». Jusqu’à présent, il n’y a eu qu’une seule première dame. Cela signifie que tout le protocole doit être revu.

Le sociologue Déby Diakhate a déclaré qu’il s’agissait d’une perpétuation de la tradition de polygamie au sommet de l’État dans une situation conforme à la réalité sénégalaise, notant que cette pratique est « populaire » auprès de nombreux hommes mais « exaspérante » pour de nombreuses femmes.

Le nouveau président a envoyé « un signal fort aux autres hommes pour qu’ils révèlent leur polygamie et fassent preuve de transparence comme lui », avec la « ferme volonté d’endiguer la pratique de la polygamie cachée », a déclaré M. Diakhate.

La polygamie est très répandue au Sénégal, notamment dans les zones rurales, où de nombreux Sénégalais y voient un moyen d’agrandir leur famille. Cependant, de nombreuses femmes sénégalaises s’opposent à cette pratique, qu’elles considèrent comme fausse et injuste à leur égard.

Le dernier rapport du Centre National de la Statistique et du Recensement a confirmé que, bien qu’il soit difficile de déterminer le nombre de mariages parce que beaucoup d’entre eux ne sont pas enregistrés, 32,5 % des Sénégalais ont adopté la polygamie.

Un rapport du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies publié en 2022 a conclu que la polygamie est discriminatoire à l’égard des femmes et devrait être abolie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button