Les Marocains s’interrogent sur le sort de leurs billets en cas de refus de Ryanair de vendre en dirhams

 

Un certain nombre de Marocains ont été rassurés par la décision d’accorder une licence à la compagnie aérienne à bas coûts Ryanair pour exploiter une partie des lignes intérieures, alors que la compagnie irlandaise a effectivement commencé à opérer dans l’espace aérien marocain en organisant plusieurs vols intérieurs entre des villes marocaines à des prix attractifs.

Au début du mois d’avril, les premiers vols locaux de Ryanair ont démarré, les avions de la compagnie étant remplis de clients marocains voyageant entre Agadir, Errachidia, Tanger, Fès et d’autres villes qui ont été reliées par voie aérienne.

Cependant, ce qui a contrarié de nombreux Marocains, c’est la méthode de paiement pour l’achat des billets, la société susmentionnée imposant le paiement en monnaie étrangère, obligeant ainsi les clients à utiliser l’allocation limitée qui leur est accordée annuellement pour effectuer le paiement.

Beaucoup de clients ont considéré cette méthode de paiement comme une manœuvre de la part de la société qui opère sur le marché marocain et exige le paiement en monnaie étrangère. C’est là que les autorités marocaines, à travers le ministère des Transports et de la Logistique, sont intervenues.

Le ministère des Transports et de la Logistique a décidé il y a deux jours d’autoriser Ryanair à exploiter ses vols intérieurs de manière exceptionnelle pendant un mois en attendant que la société se conforme à ses engagements, après avoir constaté que les billets étaient uniquement disponibles à l’achat via des cartes bancaires marocaines internationales en devises étrangères.

Le ministère a précisé que l’autorisation de liaison aérienne intérieure a été délivrée à la société concernée sous condition expresse que la vente des billets soit disponible en dirhams, condition acceptée et confirmée par une lettre de la compagnie aérienne en date du 29 novembre 2023.

Après avoir constaté que les billets étaient uniquement disponibles à l’achat via des cartes bancaires marocaines internationales en devises étrangères, le ministère a rappelé à la société ses engagements le 29 mars 2024 et lui a ordonné de s’y conformer dans un délai d’un mois à compter du dimanche 31 mars.

De nombreux clients se posent alors la question suivante : que se passera-t-il si la société refuse la décision des autorités marocaines ? Dans ce cas, il est certain que sa licence de transport intérieur sera révoquée, ce qui placera les milliers de clients ayant déjà réservé des vols pour après la fin avril, en particulier pendant l’été, dans une situation précaire après avoir dépensé d’importantes sommes d’argent. De plus, les billets pour chaque mois de l’année 2024 sont toujours en vente sur le site Web de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button