OMS : Un premier pas en vue d’améliorer l’efficacité du Règlement sanitaire international

Hibapress

Les 196 Etats parties au Règlement sanitaire international (RSI), en vigueur depuis 2007 pour répondre aux urgences de santé publique dans le monde, ont fait un premier pas pour améliorer son efficacité après l’échec de la crise du Covid-19, a annoncé samedi l’OMS.

Les Etats « ont donné leur accord de principe sur un ensemble important et novateur d’amendements au RSI », a indiqué l’OMS dans un communiqué.

Le RSI régule notamment la déclaration d’une urgence sanitaire de portée internationale -le plus haut niveau d’alerte de l’OMS- et comprend des mesures particulières dans les ports et les aéroports, ainsi qu’aux postes-frontières afin de limiter la propagation des risques.

La révision du RSI doit permettre de renforcer les capacités des pays à détecter les crises sanitaires susceptibles de prendre une dimension internationale et à y réagir, à mieux prendre en compte la notion de pandémie, tout en soulignant les principes d’ »équité et de solidarité ».

Après la pandémie de Covid-19, plusieurs voix avaient remis en question l’efficacité du RSI, estimant qu’il n’avait ni prévenu, ni jugulé la crise.

Ce processus de révision du RSI, lancé en 2022, se déroule parallèlement aux négociations sur l’élaboration d’un accord mondial sur la prévention et la lutte contre les pandémies. L’objectif de ce projet de traité est de mieux coordonner la réponse internationale, avec en son cœur la question épineuse d’un accès équitable aux vaccins, traitements et outils de dépistage.

Les négociateurs du RSI doivent finaliser leurs travaux la semaine prochaine. Les amendements devront être validés lors de l’Assemblée mondiale de la santé, du 27 mai au 1er juin à Genève, date à laquelle l’OMS espère également conclure le traité sur les pandémies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button