Retour sur la carte du Maroc tronquée de son Sahara par Netanyahu: Ou en est le sérieux de la position de l’actuel gouvernement israélien de droite?

HIBAPRESS-RABAT

Avant-hier, lors d’une interview accordée à une chaîne française, le Premier ministre israélien Netanyahu a montré une carte du Maroc qui excluait les provinces du sud, ce qui a suscité la colère de tous les Marocains.

Le ministère israélien des affaires étrangères a fourni une nouvelle justification par l’intermédiaire de son porte-parole arabe, confirmant officieusement qu’il s’agissait d’une « erreur technique involontaire qui a été corrigée ».

  1. Netanyahu avait suscité une indignation similaire en octobre de l’année dernière lorsqu’une carte du Maroc excluant le Sahara était apparue dans son bureau alors qu’il recevait le Premier ministre italien Giorgia Meloni.

La récurrence de cette affaire soulève de nombreuses questions sur le sérieux de la position de l’actuel gouvernement israélien de droite sur la question du Sahara marocain, d’autant plus que certains observateurs ont lié le processus de « normalisation » à la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara.

Selon un expert,  la question de l’erreur répétée de la publication d’une carte tronquée du Maroc par le même « Netanyahu, le chef du gouvernement israélien », la première en Octobre 2023 quand il est apparu dans son bureau avec le premier ministre géorgien avec une carte tronquée du Maroc derrière eux, de sorte que les excuses sont venues immédiatement après la réaction des Marocains.

Le porte-parole arabophone du ministère israélien des Affaires étrangères « Hassan Kaabia » a réagi sur le sujet en raison de sa connaissance s’est ensuite excusé au nom de la diplomatie israélienne, et les excuses ont été diffusées dans les médias en toute bonne foi.

De même, les répercussions de cette erreur sont plus graves que la première, étant donné que cette fois-ci Netanyahu tient la carte des deux mains, contrairement à la précédente, qui était accrochée dans son bureau depuis un certain temps – avant la reconnaissance explicite par Israël du Sahara marocain – mais maintenant, après la reconnaissance, Netanyahu est tombé dans la même erreur.

Quant aux implications stratégiques et politiques de cette erreur, la question reste soumise à la position du ministère marocain des Affaires étrangères, sachant qu’il aurait été souhaitable que ces excuses se traduisent par une déclaration officielle de Netanyahu personnellement, compte tenu de sa gravité et de sa répétition, car le double standard et l’indécision entre la reconnaissance de la marocanité du Sahara et la tenue d’une carte tronquée dans les deux mains ne peuvent être acceptés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button