Journée mondiale des réfugiés: les conditions de vie précaires dans les camps de Tindouf, en Algérie

HIBAPRESS-RABAT-ONU

La Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation a entamé l’audition de plusieurs pétitionnaires inscrits au titre de la question du Sahara « occidental ».

Certains intervenants ont déploré les conditions de vie précaires dans les camps de Tindouf, en Algérie, se disant favorables à la solution d’autonomie avancée pour la région du Sahara proposée par le Maroc.

S’agissant des conditions de vie des réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf, qui sont sous l’autorité du front polisario, certains intervenants ont affirmé qu’il ne s’agissait pas de « réfugiés », mais de « personnes séquestrées, de prisonniers sans statut » qui, à ce jour, ne sont ni enregistrés ni recensés, comme l’avait demandé le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Ces intervenants ont affirmé que sans recensement le doute continue à planer quant au nombre exact de personnes vivant dans ces camps, ce qui avait des conséquences immédiates sur l’aide internationale, notamment alimentaire, à leur apporter.

D’autres intervenants ont par ailleurs accusé le front polisario de détourner l’aide humanitaire destinée aux camps et d’en « faire un fonds de commerce lucratif » au mépris de la malnutrition qui règne dans les camps.

À leur avis, la précarité qui prévaut dans les camps en fait un terreau fertile au recrutement de terroristes.  La légitimité même du polisario en tant que « seul représentant du peuple sahraoui » a été remise en cause.  « Les Sahraouis ne constituent pas un bloc homogène de personnes », a affirmé un intervenant, alors qu’un autre a qualifié le front de régime « despotique » l’accusant de corruption, de clientélisme et de violations des droits de l’homme.

Une intervention solide et ferme du représentant du Royaume du Maroc a mis à nu toutes les suppositions du polisario lorsqu’il a expliqué qu’on ne pouvait dissocier ces populations des camps de la question à l’examen.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button