Le procès de deux femmes en France, accusées de « diffamation » pour avoir prétendu que la première dame Brigitte Macron était transsexuelle, a débuté.

 

Selon l’agence « France Presse », Brigitte Macron a intenté une action en diffamation en 2022 contre deux femmes qui ont diffusé une interview sur YouTube en décembre 2021, affirmant que la première dame française était autrefois un homme nommé « Jean Michel ».

Cette accusation s’est largement répandue avant les élections présidentielles françaises de 2022.

Le procès intervient alors que des campagnes électorales intenses se déroulent avant les élections législatives anticipées appelées par le président Emmanuel Macron après les gains de l’extrême droite aux élections parlementaires européennes.

Amandine Roux, qui se décrit comme une médium spirituelle, a comparu devant le tribunal à Paris pour répondre aux questions sur une interview qu’elle a accordée à la journaliste indépendante Natasha Re, qui n’a pas pu assister à l’audience en raison de maladie.

Roux, âgée de 49 ans, a réalisé une interview avec Re pendant quatre heures sur sa chaîne YouTube, dans laquelle la journaliste a parlé de « mensonge d’État » et de « tromperie » qu’elle prétendait avoir révélés.

Roux a déclaré que la journaliste cherchait désespérément à partager ses découvertes, notant qu’elle avait « accepté à contrecœur sa demande ».

Quant à la crédibilité des allégations, Roux a insisté sur le fait que Re avait « passé trois ans de recherche, ce n’était pas comme si elle l’avait sorti de nulle part ».

Roux a déclaré « Je suis désolée que ce sujet n’ait pas été soulevé par les grands médias et examiné », ajoutant qu’elle ne pouvait pas « cacher » un sujet « aussi sérieux ».

Le président, âgé de 46 ans, et la première dame, âgée de 71 ans, n’ont pas assisté à l’audience au tribunal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button