Les exportateurs d’oignons et de pommes de terre attendent que le gouvernement revienne sur sa décision d’arrêter les exportations vers l’Afrique

 

La décision de suspendre temporairement l’exportation de certains légumes comme les oignons et les pommes de terre vers les marchés africains est toujours en vigueur, ce qui a poussé les exportateurs et les professionnels à frapper aux portes du gouvernement.

Alors que les exportateurs d’oignons et de pommes de terre espéraient que le gouvernement revienne sur sa décision de suspendre temporairement leurs exportations vers les marchés africains immédiatement après la fin de l’Aïd al-Adha, ils ont été surpris de constater que la décision est toujours en vigueur malgré certaines promesses faites auparavant.

En raison de la poursuite de l’interdiction d’exportation, les prix des oignons et des pommes de terre sont restés au plus bas dans les différents marchés de gros au Maroc, atteignant même des niveaux exceptionnellement bas et inhabituels pour la période de l’Aïd al-Adha.

Les professionnels et les exportateurs attendent avec impatience une décision leur permettant de reprendre les exportations après avoir satisfait aux besoins du marché local, d’autant plus que des contacts ont été établis entre les représentants des professionnels et les autorités compétentes, proposant l’idée d’un quota permettant l’exportation d’une partie limitée des oignons et des pommes de terre en attribuant un « quota » à chaque exportateur.

Les exportateurs estiment que la décision de suspendre les exportations leur a causé de lourdes pertes, leurs partenaires dans plusieurs pays africains ayant mis fin aux contrats et partenariats qui les liaient. Ils espèrent que le gouvernement agira au plus vite pour répondre à leurs demandes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button