Turquie : Les autorités sonnent la mobilisation face aux incidents ciblant les réfugiés

Hibapress

Les autorités turques ont sonné la mobilisation afin de faire face à la violence ciblant les réfugiés syriens dans le pays, notamment suite aux incidents survenus dans la ville de Kayseri (centre), la nuit de dimanche à lundi derniers, provoqués par des rumeurs et des appels à la violence diffusés sur les réseaux sociaux.

Une rumeur selon laquelle un réfugié syrien aurait harcelé une mineure turque a été derrière le déclenchement d’actes de violences qui ont ciblé des réfugiés syriens installés dans le sud de Kayseri ainsi que leurs biens, contraignant les autorités à déployer d’importants renforts sécuritaires pour contrôler la situation et renforcer la protection de ces étrangers.

Ces événements ont suscité de vives condamnations des milieux politiques, médiatiques et des défenseurs des droits dans le pays, dont le président Recep Tayyip Erdoğan.

« Nous ne pouvons pas accepter les actes de vandalisme et les incendies dans les rues. Nous n’étions pas ainsi auparavant et nous ne le serons jamais », a déclaré le chef de l’Etat.

Pour M. Erdogan, qui a souvent dénoncé les discours incitant à la violence à l’égard des réfugiés syriens, « la discrimination et la marginalisation n’ont jamais eu et n’auront jamais de place en Turquie ».

« Nous ne pouvons ni progresser ni atteindre nos objectifs en adoptant une attitude xénophobe, en pratiquant le racisme ou en utilisant un langage haineux contre les étrangers dans notre société », a-t-il dit, alors qu’une enquête a été ouverte par les autorités judiciaires, qui pointent du doigt la responsabilité dans ces événements des réseaux sociaux, qui ont largement diffusé rumeurs, publications haineuses et incitations contre les réfugiés syriens la nuit de dimanche à lundi.

Réagissant à cette situation, le ministre de l’Intérieur, Ali Yerlikaya, a fait état mardi de l’interpellation suite à ces incidents de 474 personnes dont un grand nombre ayant des antécédents judiciaires, alors que les enquêtes se poursuivent pour identifier tous les individus impliqués dans ces troubles.

Il a relevé que depuis le déclenchement des événements à Kayseri, 343.000 tweets ont été publiés sur X (anciennement Twitter) à travers 79.000 comptes, notant que 37% de ces publications ont été diffusées par des comptes automatiques ou de faux profils.

De son côté, le chef du département de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a indiqué que les autorités surveillent de près ses récents appels qui ciblent les étrangers dans le pays et qui visent, selon lui, à créer des tensions au sein de la société en exploitant la question des réfugiés syriens.

M. Altun a appelé les citoyens turcs à la vigilance face aux rumeurs et aux publications trompeuses diffusées sur les réseaux sociaux, soulignant que les institutions officielles « continueront de sévir contre de telles tentatives.

Depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011, la Turquie a ouvert ses frontières aux migrants et aux réfugiés, accueillant plus de 3,5 millions de Syriens ainsi que des milliers d’autres nationalités. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), la Turquie est le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés au monde au cours des huit dernières années.

La présence de ces réfugiés sur le territoire turc est devenue un sujet de tensions politiques et de troubles internes, exacerbés par les problèmes économiques qu’a connus la Turquie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button