SAHARA MAROCAIN: LE polisario FAIT DE NOUVEAU PARLER DE LUI » MILITAIREMENT » À TIFARITI

Le mois d’Avril est passé, avec ses débordements politiques de part et d’autre des deux côtés du Maroc et du côté du polisario, qui a tenté à maintes reprises à vouloir intenter des harcèlements provocateurs pour espérer, dans le temps, saborder le processus onusien sur le Rapport sur le Sahara Marocain.

Le Maroc, avait alors engagé des pas de géants très concluants confirmant sa ferme intention à aller jusqu’au bout pour défendre ses intérêts sur son territoire quitte à user de la force ou déployer ses Forces Armées Royales pour obliger l’ennemi à quitter la Zone Tampon qui revient légitimement au Maroc. Le Maroc s’est donc rapproché du Club des Amis du Sahara, tout comme expliquant ses Droits devant les Délégués de centaines de pays siégeant à l’ONU et même fortement présent auprès de plusieurs Organisations mondiales pour leur éclairer la situation qui prévaut dans cette Région du Sahara Marocain.

De ce fait, le Maroc n’entend plus se soumettre aux provocations du polisario comme l’a clairement indiqué M.Bourita qui affirme que le Maroc ne va jamais permettre un changement du statut de cette zone qui fait partie intégrante du territoire national et qui a toujours connu une présence marocaine jusqu’à 1991».

Aujourd’hui, si les séparatistes veulent monter de nouveau au créneau à Tifariti ou ils s’apprêtent à célébrer, le 20 mai, ce qu’ils appellent « le 45ème anniversaire du début de la lutte armée », n’en demeure pas moins que le Maroc ne va pas rester les bras croisés.

Les séparatistes prennent comme alibi de détruire plus de 5 000 mines en collaboration avec l’Association Suisse « L’Appel de Genève » mais cela ne saurait passer sous silence et cette initiative ne peut être réalisable car derrière elle le polisario entend organiser des défilés militaires et de grandes manœuvres de l’armée sont prévus à cette occasion .Un acte, tout simplement intolérable.

Si, aujourd’hui, les provocations du polisario persistent, sur que le Maroc, qui avait même menacé d’intervenir militairement au cas où les milices continueraient leurs violations, s’ estimerait disposer plus que jamais, dans le cadre de sa légitimité, de répondre le plus rapidement possible pour défendre son intégrité territoriale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button