Le président du Conseil exécutif de l’Union Africaine plaide pour la mise en place d’une « stratégie viable et commune »

Le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens à l’étranger, président du Conseil exécutif de l’Union Africaine, M. Mamady Touré, a souligné, mardi à Rabat, la nécessité de mettre en place une « stratégie viable et commune » pour palier à la problématique de l’immigration irrégulière et assurer un avenir meilleur à la jeunesse africaine. Intervenant à l’ouverture des travaux de la Conférence ministérielle pour un Agenda africain sur la migration, M. Touré a mis l’accent sur l’importance d’élaborer une « approche globale, inclusive et concertée » prenant en compte la sécurité des migrants légaux, la libre circulation des personnes et les obligations humanitaires nécessaires dans la gestion des flux migratoires et dans l’élaboration de stratégies de développement dans les pays africains. M. Touré a relevé, à cet égard, que la problématique migratoire ne peut être traitée efficacement en s’appuyant uniquement sur les mesures sécuritaires, estimant que la gestion efficace de la migration passe nécessairement par la prise en compte de ses causes profondes, notamment les conflits, la pauvreté, la mauvaise gouvernance, l’exclusion sociale, le manque d’opportunités économiques et d’emplois sans oublier le changement climatique.Cette Conférence ministérielle africaine, a-t-il expliqué, constitue une opportunité supplémentaire pour envisager des « actions concrètes » en vue d’endiguer le phénomène de la migration irrégulière et discuter des moyens et des voies nécessaires pour mettre la migration régulière au service du développement socio-économique du Continent. L’actualité récente marquée par le traitement inhumain et dégradant que subissent les immigrants dans leurs aventures peineuses interpellent la conscience collective et appellent à des actions solidaires et rigoureuses visant à restaurer et à respecter la dignité humaine des migrants, a souligné le responsable guinéen, dont le pays assure la présidence de l’UA. Dans ce sens, il s’est dit convaincu que les concertations menées dans le cadre de la Conférence de Rabat sur un Agenda africain sur la migration permettront l’élaboration d’une « vision commune » sur la question migratoire sur la base des principes de l’inclusivité et partage de responsabilité, le respect des droits humains, le développement et la lutte contre la migration irrégulière à travers la création de voies de migration régulière.M. Touré, qui a mis l’accent sur la nécessité de l’implication de tous les acteurs politiques, sociaux et médiatiques pour faire face à l’immigration clandestine, a appelé au renforcement de la coopération avec les partenaires de l’Afrique, notamment l’Union Européenne et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), dont l’appui est d’ »une importance capitale dans la gestion des flux migratoires ». Les travaux de la Conférence ministérielle pour un Agenda africain sur la migration se sont ouverts, mardi à Rabat, avec la participation d’une vingtaine de ministres et responsables gouvernementaux africains, dont des ministres des Affaires étrangères, ainsi que de représentants d’Organisations régionales et internationales concernées par la question migratoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button