DES APPELS POUR LE BOYCOTT DE LA 17 EME SESSION DE MAWAZINE.

Les pionniers du site de réseau social « Facebook » ont lancé récemment une campagne sur le Festival Mawazine pour boycotter la 17 éme session, à cause de l’argent qui profite seulement aux stars arabes et étrangères.

Beaucoup de pionniers du Facebook ont lancés des slogans, dans lesquels ils soulignent qu’ils ne veulent pas chanter, mais veulent vivre en paix, tout en en soulignant que le festival sans public serait un coup fatal, tenant pour motif que c’est du gaspillage de l’argent public, et que cette manne d’argent doit être destinée à sauver l’infrastructure, et améliorer les services, ainsi que créer des emplois aux jeunes, en ajoutant que le divertissement n’est pas une priorité pour les Marocains, même sous sa forme positive.

Pour nombre des pionniers des réseaux sociaux, le festival Mawazine  n’a pas réussi à créer une résonance culturelle dans le monde, et qu’on ne peut parler de la rentabilité économique, compte tenu des énormes sommes dépensées pour amener les premières étoiles au festival, vu que chaque année le festival invite de 5 à 6 stars internationales dont les salaires varient de 200 000$ à 800 000 $, ce qui rend son budget l’un des plus grand du monde .

Dans ce contexte, un groupe de penseurs et d’intellectuels marocains ont également considéré que ce festival, n’est seulement qu’un outil pour diluer la réalité marocaine, par le déverrouillage des chansons et de la musique, pour faire des jeunes un rêve dans un espace virtuel non lié à l’amertume qui brûle les cœurs, dont le chômage et la privation subséquente, ainsi que la plongée dans le monde de la drogue, de la prostitution et de la mendicité, rendant la jeunesse marocaine esclave et frustré dans son caractère.

Pour ce groupe de penseurs et d’intellectuels marocains et pour grand nombre de citoyens, cet argent dépensé doit être utilisé dans d’autres domaines sociaux qui souffrent énormément , comme l’infrastructure, les hôpitaux et les établissements d’enseignement, plutôt que d’en faire bénéficier des chanteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button