SOMALIE: LA REPRESSION QUI TUE LES JOURNALISTES

L’organisation Reporters Sans Frontières (RSF) demande aux autorités somaliennes de mettre fin à la répression qui vise des médias privés au Somaliland alors que deux chaînes qui ont couvert le conflit armé avec le Puntland ont été suspendues et plusieurs journalistes arrêtés.

Accusées d’être « impliquées dans des campagnes politiques » et d’avoir perdu « la neutralité qu’elles sont censées observer », deux chaînes de télévision privées, SBS et SOMNews, ont été interdites de diffusion selon un communiqué du gouvernement du Somaliland diffusé mardi.

Les deux chaînes se voient reprocher leur couverture des manifestations qui secouent la ville de Las Anod, capitale administrative de la région de Sool, au sud-est du Somaliland.

Le journaliste pour la chaîne privée SBS Mohamed Ahmed Jama Bidhanshe a également été arrêté la veille alors qu’il couvrait l’une de ces marches de protestation hostiles aux autorités du Somaliland. Cette région de Sool est le théâtre d’affrontements depuis quelques mois entre le Somaliland, autoproclamé indépendant en 1991 mais non reconnu par la communauté internationale, et le Puntland, qui fait partie de l’État somalien.

La reprise de combats frontaux à l’arme lourde entre les deux protagonistes qui se disputent le contrôle territorial de la région a accentué la pression sur les journalistes.

Cette arrestation s’ajoute à celle, le 27 mai, d’un journaliste de Bulsho TV, Abdirahman Keyse Tungub, qui avait réalisé et diffusé un reportage relayant l’exaspération des habitants de la région où les combats se sont intensifiés ces derniers jours. Dans un communiqué, le Syndicat national des journalistes somaliens (NUSOJ) a condamné une arrestation par les forces de sécurité du Somaliland qui s’apparente à une « manoeuvre pour intimider les journalistes locaux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button