RUSSIE 2018: LE PUBLIC MAROCAIN EST ARRIVÉ À KALININGRAD

Les supporteurs marocains ont égayé, lundi, le centre de la ville de Kaliningrad pour vivre la fête du football et chanter à la gloire des Lions de l’Atlas, accompagnés en harmonie des Kaliningradois, surpris mais heureux de cette aubaine.

La Place de la Victoire, un mémorial de la IIème guerre mondiale, a été depuis samedi le lieu de déferlement ininterrompu des toqués de la sélection marocaine ne s’économisant pas à “réveiller” le centre ville et à distraire les passants en dépit d’une mauvaise météo qui a même obligé la FIFA à apporter des changements dans les séances d’entraînement de veille de match tant pour les Marocains que les Espagnols afin de ne pas endommager la pelouse de l’Arena Baltika.

Les kaliningradois de cette enclave, coincée entre la Lituanie et la Pologne en pleine Union européenne et totalement isolée du reste du territoire russe, ne se sont pas fait prier pour rejoindre la foule des marocains pour les Selfies et pour tanguer au rythme de la chanson mythique “Laayoune Aynia”.

Abasourdis par le but contre le camp dans les ultimes souffles de la partie (Iran 1-0) mais satisfaits de la prestation et le match fou face au Portugal (0-1) quoique déçus par “l’injustice des arbitres”, des centaines de fans ont fait fi de ces déconvenues pour renouer avec l’exultation des célébrations en déployant, le jour de la dernière sortie des leurs et sous une pluie battante sur cette place, un grand drapeau d’une dizaine de mètres de longueur.

La veille, des dizaines ont insisté à assister à la dernière séance d’entrainement des Marocains, ouverte aux seuls médias pour un quart d’heure, et ont même été aidés, à cette fin, par les habitants du voisinage du stade Lokomotiv, qui leur ont ouvert leurs appartements afin d’encourager les joueurs de leurs fenêtres.

Une agréable surprise pour les Lions de l’Atlas, Hervé Renard en profitant pour montrer ces insatiables mordus à ses poulains, comme pour doper le moral de ses troupes et de les inciter à leur rendre la pareille en fournissant une nouvelle prestation dont ils seraient fiers.

“Nous avons traversé la Russie au fil du périple de l’équipe et nous resterons derrière les Lions de l’Atlas tout en jouissant du bonheur qu’ils nous apportent”, a martelé Noureddine, venu spécialement d’Utrecht (Pays-Bas).

“Nous aurions préféré joindre l’utile (victoire) à l’agréable” mais “montrer le vrai football plaisant, ouvert et chatoyant sans calcul nous rassérène”, a dit, confiant en les capacités des joueurs de leur redonner du plaisir, Mehdi, qui s’est déplacé de Casablanca et qui est parvenu à dénicher un siège sur un vol Moscou-Kaliningrad alors que des centaines d’autres, devant faire ce long voyage (plus de 1200 km), ont été priés par les autorités russes à ne pas monter à bord des trains pour quitter la capitale faute d’un visa Schengen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button