L’ESCRIME,POUR ÉVACUER SA « COLÈRE MEURTRIÈRE » POUR LES VICTIMES DE VIOLS

Avancer sabre à la main face à une personne masquée pour évacuer sa douleur, sa colère, son « énergie meurtrière »,c’est le geste des victimes de violences sexuelles qui ont trouvé dans l’escrime une thérapie pour combattre leur traumatisme.Dans une salle de sport municipale du quartier Montparnasse à Paris, un petit groupe est venu cette semaine découvrir les « ateliers thérapeutiques de réparation » organisés par l’Association Stop aux Violences Sexuelles (SVS) et la Fédération française d’escrime … Le vocabulaire de l’escrime – « est-ce crime » – est lourd de symbolique pour une personne qui a subi un viol.Organisés à Paris et en régions, les ateliers sont aussi encadrés par deux thérapeutes, un kiné/ostéopathe et une « nounou » chargée de l’accueil.Les groupes, exclusivement féminins ou masculins, sont composés de 10 ou 12 personnes qui s’engagent à suivre dix séances payantes, une fois par mois de septembre à juin. Chaque séance de quatre heures a un thème (limites, protection, confiance, équilibre, contrôle .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button