ANCP II: « La Médecine n’a pas de Prix mais elle a un Coût …. Et ce Coût est et sera toujours plus important »

 

IMAGE DE l’HOSPITALISATION PRIVÉE

La place essentielle que joue l’hospitalisation privée est mal perçue par l’opinion publique. Et pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes :

• plus de 90% des malades ayant une couverture sociale ont recours systématiquement aux cliniques du secteur libéral.

• environ 60 % de la population générale sont pris en charge par l’hospitalisation privée.

• il existe au Maroc pas moins de 9.600 lits d’hospitalisation privée.

• les installations de haute technologie médicale sont, dans leur grande majorité, dans les cliniques privées.

FREINS A SON DÉVELOPPEMENT

Face aux performances remarquables du secteur il y a des freins insurmontables à son développement dont :

• une assurance maladie mise en place depuis 10 ans et qui n’arrive pas à être en adéquation avec le système de soins efficient auquel aspire le citoyen marocain.

• Une tarification nationale en hibernation qui ne permet pas d’assurer une prise en charge médicale de qualité.

• Un panier de soins figé devenu insuffisant pour répondre aux référentiels de bonne pratique actualisés.

• Une revalorisation de la tarification est indispensable pour permettre un accès aux soins fluide sans que le patient soit dans l’obligation de financer lui-même les surcoûts auquel le réel cout du soin oblige. La médecine n’a effectivement pas de prix mais elle a un coût.

• Le coût du foncier en hausse permanente et les exigences des normes sont à l’origine d’un ralentissement sensible de la cadence de création des cliniques.

• Les exigences en matière d’amélioration de la qualité des soins est à l’origine d’investissements en matériel qui sont à l’origine de couts en augmentation constante.

• la TVA que les cliniques ne peuvent pas récupérer et au final c’est le patient qui la paye. Ceci devrait être revu dans l’intérêt clair du Citoyen car il faut donner aux cliniques la possibilité de donner la meilleure médecine à notre population.

OUVERTURE DU PRIVE AU PUBLIC (PPP)

Le secteur libéral a souhaité de tous ses vœux un partenariat public privé. L’expérience de la dialyse des patients ramedistes, dans le cadre d’un achat de service par le ministre de la santé, est un franc succès.

L’hospitalisation privée souhaite renforcer ce partenariat qu’elle aimerait développer dans les 2 sens.

Ce partenariat développé dans des rapports publics-privés fluides, des ressources mutualisées et complémentaires ne peuvent qu’améliorer l’accès au soin des patients Marocains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button