ALGÉRIE: LE CNDH PROFONDÉMENT CHOQUÉ PAR L’ACTE DE VIOLENCE COMMIS CONTRE UN ENFANT AFRICAIN

La dérive algérienne sur le registre des immigrés s’intensifie de plus en plus au point de s’attirer les foudres des ONG Internationales, tout aussi bien celles du pays dont notamment le CNDH, qui vient de relever une autre tache noire de l’Etat sur son comportement inhumain à l’encontre cette fois-ci d’un enfant subsaharien terriblement maltraité.

Les locataires du Palais El Mouradia semblent faire fi de toutes les Constitutions Internationales et agissent avec férocité contre tout subsaharien sur son territoire. Aussi, le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) s’est dit « profondément choqué et bouleversé » par l’acte de violence commis contre un enfant africain à Annaba.

Le conseil a exhorté, dans un communiqué rendu public jeudi, les services compétents à « prendre leurs responsabilités et exercer leurs attributions pour que cet acte ignoble puisse être puni, avec toute la rigueur que requiert la loi pour de telles violences exercées contre une personne vulnérable ».

Il rappelle, à ce propos, « la prohibition des actes de violence contre toute personne, d’autant plus que la Constitution prévoit que l’Etat garantit l’inviolabilité de la personne humaine » et que « toute forme de violence physique ou morale ou d’atteinte à la dignité est proscrite ».

Le CNDH demeure « convaincu » que « cet acte isolé n’entachera en rien les efforts importants déployés par l’Etat en matière de protection et de promotion des droits de l’enfant, qui reste vigilant quant au respect de ses engagements régionaux et internationaux en la matière ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button