CONFÉRENCE DE LA CAF-AHMAD AHMAD: PRENDRE EXEMPLE SUR LA FRANCE ET DE LA RUSSIE

La CAF vient de se réunir à Rabat pour évaluer la participation des cinq pays africains qui venaient de participer au Mondial de Russie et qui n’avaient pas pu passer le 1er Tour des éliminatoires de cette compétition.Aussi, fallait-t-il mettre le point sur la plaie pour pouvoir sortir d’une résultante qui pourrait par la suite faire valoir les erreurs et les corriger afin de mieux aborder un avenir plus prometteur et ne plus se mettre derrière les autres équipes des autres Continents alors que l’Afrique regorge de talents et offre ses capacités aux autres pays qui en profitent largement.Dans ce contexte donc,la CAF a songé à mettre en place des programmes réels de Formation et de Gouvernance pour atteindre le niveau mondial, ont souligné les participants à la Conférence de la Confédération Africaine de Football (CAF), tenue avant hier samedi à Rabat pour évaluer la participation des pays du Continent au Mondial Russie-2018 de football.

« Si on prend en compte qu’il s’agit d’un échec, il faut assumer », a dit le président de la CAF, Ahmad Ahmad à cette occasion, soulignant la nécessité de faire une analyse minutieuse, pour avoir des constats et chercher avec les parties prenantes de potentielles solutions.

Cette Conférence est organisée pour expliquer les raisons de l’élimination des cinq pays africains (Maroc-Tunisie-Egypte-Nigeria-Sénégal) dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018.

Le Malgache ne s’est pas arrêté là, mettant l’accent sur l’impératif de voir également le format des qualifications, mais surtout avant tout le football de jeunes (U20 et U23) et les programmes de Formation.

« Les équipes européennes ont bien réussi ce Mondial parce qu’elles mettent en place des programmes cohérents de Formation », a-t-il constaté, notant que l’exemple concret de l’efficacité de cette stratégie est la France.

« La France est championne du monde par la Formation ! Ils ont produit beaucoup de talents, devenus aujourd’hui toutes des stars mondiales », a-t-il enchaîné.

La CAF est toujours prête à mettre en œuvre les suggestions et les propositions émanant des techniciens et spécialistes pour revaloriser le travail, a-t-il poursuivi.

Cette conférence, qui s’étale sur deux jours et à laquelle prennent part des légendes du football, notamment Aliou Cissé, ancien joueur et actuel sélectionneur du Sénégal, le Camerounais Patrick Mboma ou encore son compatriote Geremi Njitap, a été également l’occasion de mettre l’accent sur les moyens mis en place par le pays du Grand Ours pour organiser l’un des mondiaux les plus « beaux » et les plus « réussis » de l’histoire.

« Nous venons de vivre une Coupe du monde FIFA 2018 très riche à tous les niveaux », s’est-il réjoui, faisant savoir que la planification, le travail sérieux et l’ardent désir de servir son pays furent les principales clés qui ont rendu ce pays une vraie terre d’accueil et ce mondial l’un des plus beaux et des plus réussis de l’histoire du football mondial.

« Peut-on rêver d’appliquer à nos plus belles compétitions, la CAN ou la Ligue des champions, entre autres, de telles mesures pour espérer atteindre le très haut niveau dans l’organisation ? », s’est interrogé M. Ahmad.

« La réponse est oui », a-t-il tranché, précisant qu’il faut « revoir notre vision sur l’avenir, asseoir les bases d’une approche stratégique et mettre en place une Feuille de Route et de nouvelles règles bien définies de planification, de rigueur pour entrer dans une nouvelle ère. L’ère du travail bien fait ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button