LE polisario DEVANT LE FAIT ACCOMPLI: 3 ème REVERS SANGLANT

Le polisario est aujourd’hui devant le fait accompli et vient de se heurter à un solide mur que venait de lui dresser la Maroc devant toutes ses mauvaises manœuvres qui n’ont point aboutis à ce qu’il espérait avec son souteneur l’Algérie du seul fait qu’après les deux décisions de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) de 2015 et de 2016 sur l’accord d’association et l’accord agricole Maroc-UE, qui ont été toutes les deux en sa défaveur, voici venue celle de juillet 2018 dans laquelle le Tribunal luxembourgeois a opposé une fin de non-recevoir à son recours en annulation de l’accord de pêche conclu en 2013 et qui vient d’expirer.

Menant depuis quelques années une guérilla judiciaire contre les accords commerciaux du Maroc avec l’Union Européenne, grâce à la générosité de l’Algérie qui offre le gîte et le couvert aux avocats, aux lobbyistes et aux rabatteurs qui s’agitent dans les couloirs du Parlement Européen, les séparatistes se sont, une nouvelle fois, heurtés à la sagesse et à la fermeté des Magistrats de la 5ème Chambre du Tribunal de l’UE qui ont rejeté ce recours en annulation introduit en 2014.

Dans son ordonnance, le Tribunal, qui estime que le polisario « n’est pas directement ni individuellement concerné » par l’accord de pêche et «ne peut, en tout état de cause, pas être regardé, compte tenu des arguments qu’il invoque, comme ayant qualité pour agir», a déclaré le recours en annulation comme « irrecevable dans son intégralité», ordonnant que le polisario supporte, “outre ses propres dépens, ceux exposés par le Conseil de l’Union Européenne”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button