LA BOISSON ALCOOLIQUE EN NETTE PROGRESSION EN ALGÉRIE

L’Algérie des contradictions a toujours fait montre effectivement de certaines contradictions qui ne font que la rendre , toujours, la risée du monde entier. A part le politique ou elle se situe mal sur l’échiquier mondial, voilà qu’elle se pose comme un grand consommateur de vin, alors qu’elle prétend défendre l’Islam et les Musulmans sur plusieurs contextes.Donc à défaut de barils de pétrole, l’Algérie préfère développer son marché de la bière qui semble lui apporter des rentes extravagantes .Dans ce cas précis et s’appuyant sur les chiffres du marché, Hamani président de l’Association des Producteurs Algériens de Boissons (APAB) ,pointe une régression de 4% dans le secteur des boissons gazeuses contre une progression de 2% pour la filière jus.

Les importations de bière par l’Algérie ont augmenté de 134% entre 2015 et 2017, a déclaré ce matin sur Radio M.  Ali Hamani.

Il a précisé à ce propos que malgré une progression du marché de la bière estimée à plus de 5%, entre 2015 et 2017, la part du marché des producteurs enregistre, quant à elle, une nette régression.

Selon Hamani, le déséquilibre qui favorise plus l’importation de ce produit au détriment de la production locale, est due essentiellement aux prix pratiqués sur le marché, mais surtout  à la composition chimique de cette bière importée. « Ce sont des bières à fort taux alcoolémique, ce qui représente, aussi, un réel danger sur le plan sanitaire », a-t-il souligné.

Au sujet des unités de production de bière qui activent dans cette filiale, le président de l’APAB estime qu’elles fonctionnent à 60% de leurs capacités.Nabil Mansouri : Maghreb Emergent

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button