UN RESSORTISSANT ESPAGNOL DE COSTA RICA ESCROQUÉ PAR DES MAROCAINS POUR LA SOMME FARAMINEUSE DE 6 MILLIARDS DE CENTIMES

Un nouveau scandale d’escroquerie touchant des investisseurs étrangers vient d’éclater. En effet, le dossier d’une grosse affaire d’escroquerie d’une valeur de plus de 6 Milliards de centimes confié dernièrement à la Police Judiciaire de Casablanca, présente tous le ingrédients nécessaires à une affaire rocambolesque :

La victime, un ressortissant espagnol vient d’en saisir le Tribunal de Première Instance de Casablanca à travers sa Défense, Maître Ahmed Ben Jaffaar, avocat au Barreau d’El Jadida (Dossier N°18/17990). La falsification sur des documents officiels, l’usage de faux et l’escroquerie sont les principaux chefs d’accusation relevés dans la requête de la victime à l’encontre de deux auteurs présumés.

Victime d’une escroquerie, un ressortissant espagnol déclare avoir fait l’objet d’une grosse prévarication par deux individus à Casablanca. Détenant une société basée à Costa Rica et mondialement reconnue dans l’import-export du bois, de l’ananas et de la banane (Bona Sort Costa Rica Jcf. Consulting s.a.), avait projeté d’investir dans un pays prometteur comme le Maroc. L’homme d’affaires espagnol a ainsi chargé son fils, comme représentant de la société au Maroc, de trouver des commerçants potentiels intéressés.

Deux personnes se sont en effet présentées comme des hommes d’affaires intéressés par les produits Costaricains et ont signé des papiers avec le représentant de l’Entreprise, transportant des ananas, des bananes et du bois, rapporte la requête. Ces derniers devraient, selon les clauses du contrat entériné avec le représentant de la société en question, honorer leurs engagements en versant dès livraison de la marchandise, un montant d’une valeur de 6 900.000 dollars, au compte de l’Entreprise, soit 50% du chiffre d’affaires des biens livrés sur 42 cantenaires au Port de Casablanca, ce qui n’a pas lieu, poursuit la requête confiée par le Parquet à la Police Judiciaire de Casablanca.

Devant le retard du transfert de la somme d’argent convenu représentant la valeur de la négoce, l’homme d’affaires espagnol s’est déplacé au Maroc accompagné par son fils, essayant de trouver des solutions avec les deux auteurs présumés, mais en vain.

L’affaire est maintenant devant le Tribunal de Première Instance de Casablanca. Une enquête préliminaire a été déjà diligentée par la Police Judiciaire. Les fins limiers promettent une affaire d’escroquerie scabreuse mais nullement impossible à élucider.

L’homme d’affaires espagnol garde par l’intermédiaire de son avocat confiance à la justice marocaine, dans l’espoir d’avoir gain de cause pour que justice lui soit rétablie !

Affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button