INDH: 43 MILLIARDS DH MOBILISÉS POUR DIFFÉRENTS PROJETS, EN ATTENDANT LA 3° PHASE

Les chiffres présentés au Souverain renseignent sur l’importance de ce chantier et l’ampleur des actions réalisées. De 2005, année de lancement de l’Initiative Nationale du Développement Humain (INDH) à 2018, pas moins de 43 milliards de dirhams ont été mobilisés pour le financement des différents projets. La caisse de l’INDH y a contribué à hauteur de 28 milliards de dirhams. Le bilan a été présenté ce mercredi devant SM le Roi par le ministre de l’intérieur, à l’occasion du lancement officiel de la troisième phase de l’Initiative. 

C’est un chantier de règne. L’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), lancée le 18 mai 2005 par SM Mohammed VI, a bénéficié du suivi personnel du Souverain. L’initiative avait pour objectif de s’attaquer au déficit social en élargissant l’accès aux services sociaux de base, promouvoir les activités génératrices d’emplois et de revenus, adopter une action créative envers le secteur informel, venir en aide aux personnes en situation de précarité ou ayant des besoins spécifiques. 14 ans après son lancement l’heure est au bilan. Celui soumis à SM Mohammed VI ce mercredi fait état de 43 milliards de dirhams débloqués pour la mise en œuvre des 5 piliers de l’INDH.

Dans le détail, le programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural a ciblé 403 communes durant la première phase (2005-2010) et 702 localités supplémentaires durant la seconde étape.

Pour ce qui est du 2è pilier, à savoir la lutte contre l’exclusion en milieu urbain, aux 264 quartiers ciblés lors de la première phase s’ajoutent 532 autres au titre de la seconde période.

Le programme de lutte contre la précarité, qui a ciblé les personnes en situation de handicap, les personnes âgées ou vulnérables, les enfants, les jeunes et l’intégration socioéconomique, a vu la base des bénéficiaires élargie de 8 à 10 catégories. Le programme transversal, pour sa part, a été consacré aux communes non directement cibles. et enfin, un 5è programme avait été élaboré en 2011. Il concerne la mise à niveau territoriale et a concerné 3300 douars dans 22 provinces enclavées à travers la création de projets d’infrastructure, de santé, d’éducation, d’eau potable et dʼélectrification.

Sur le terrain , quelque 43000 projets et activités ont été mis sur les rails jusqu’à 2017 dans le cadre des différents programmes de lutte contre la pauvreté et l’exclusion. Des programmes ayant ciblé les jeunes et les personnes en situation de vulnérabilité à travers notamment l’amélioration de l’accès aux services de base et aux soins, le soutien à la scolarité, la création de centres destinés au renforcement des capacités des femmes et des jeunes et d’espaces socioculturels et sportifs,…

La troisième phase lancée ce mercredi par le Souverain se basera sur ces acquis en recentrant les programmes de l’Initiative sur le développement du capital humain, la promotion de la condition des générations montantes et l’appui aux catégories en situation de vulnérabilité, et ce selon une méthodologie basée sur une gouvernance innovatrice visant à réaliser davantage de cohérence et d’efficacité. MAP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button