DÉVALUATION DU DIRHAM: L’IMPACT

 

Lors d’une réunion conjointe de la Commission des Finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des Conseillers et la Commission des Finances et du développement social de la Chambre des Représentants, Jouahri a souligné que la Réforme du Régime de Change n’était « imposée par aucune Institution financière internationale ni soumise à la pression d’une crise de change, comme c’est le cas dans plusieurs pays ».Le Wali de Bank Al-Maghrib a précisé qu’il n’y aura pas de dévaluation de la valeur du dirham et que ce nouveau régime n’est pas lié au flottement du dirham.Concernant l’impact de la réforme sur l’économie et le pouvoir d’achat des citoyens, il a affirmé que les scénarios élaborés par BAM et le Ministère de l’Economie et des Finances indiquent, sur la base des données disponibles et d’une l’éventuelle dévaluation du dirham de 2,5%, que l’impact de la réforme sur la croissance en 2018 sera positif et atteindra + 0,2%.En ce qui concerne l’inflation, il a fait savoir qu’il faut s’attendre dans le cas extrême à une inflation additionnelle de 0,4%, pour atteindre un taux d’inflation de 2% en 2018 (voire 1,9% ) selon le scénario de la Banque centrale. Il a dans ce sens donné l’exemple des prix des hydrocarbures, notamment le gasoil, qui enregistrera une hausse de 0,15 dirhams par litre, passant ainsi de 9,6 dirhams /litre à 9,75 dirhams/litre
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button