ÉGYPTE: PERPÉTUITÉ ET PEINE DE MORT À L’ENCONTRE DES « FRÈRES MUSULMANS »

La Cour de Cassation égyptienne a confirmé lundi la condamnation à la peine capitale prononcée à l’encontre de 20 islamistes, reconnus coupables du meurtre de 13 policiers lors des violences qui avaient suivi la destitution de l’ancien président Mohamed Morsi en 2013. «Le verdict est définitif et ne peut faire l’objet d’un autre appel», a affirmé un responsable judiciaire.

Selon la Loi égyptienne, les accusés ont le droit de se pourvoir en cassation à deux reprises uniquement.

La Cour de Cassation confirme ainsi le verdict prononcé le 2 juillet 2017 par la Cour Criminelle du Caire.

Les accusés ont été condamnés pour le meurtre de 13 policiers lors des violences survenues le 14 août 2013 après la dispersion par les Forces de Sécurité de deux sit-in massifs au Caire de partisans de M. Morsi. Plus de 700 manifestants avaient été tués. Une foule en colère avait alors attaqué un commissariat à Kerdessa, dans la banlieue du Caire, réputé être un fief islamiste.

Dans la même affaire, la Cour de Cassation a également confirmé lundi les condamnations à perpétuité, équivalant à 25 ans de prison en Égypte, à l’encontre de 80 accusés, et à 15 ans de prison contre 34 accusés. Vingt-et-une personnes ont été acquittées.

Depuis la destitution en juillet 2013 de M. Morsi par l’Armée, dirigée alors par Abdelfettah Sissi, des centaines de peines capitales ont été prononcées à l’encontre des partisans du président déchu mais la majorité ont été ensuite annulées par la Cour de Cassation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button