ONU: SM LE ROI PRÔNE UNE ÉDUCATION QUI DÉPASSE LA CRAINTE DE L’AUTRE, QUI REFUSE LES AMALGAMES

Le Maroc, un pays résolument engagé en faveur de la réalisation de l’Agenda 2030, a fait de la promotion d’une Education de qualité, la force transformatrice qui relie les 17 Objectifs du Développement Durable (ODD), a affirmé SM le Roi Mohammed VI.

«Cette Education de qualité doit enseigner l’Histoire à nos enfants, dans la pluralité de ses récits, évoquant les instants glorieux de l’Humanité et aussi ses moments les plus sombres. Elle doit développer leur ouverture au monde et à la diversité humaine et culturelle», a souligné le Souverain dans un Message adressé aux participants à une Table ronde de haut niveau sur «le pouvoir de l’Education pour prévenir le racisme et la discrimination : le cas de l’antisémitisme», tenue mercredi à New York, en marge de la 73-ème session de l’Assemblée Générale de l’ONU.

Cette Education doit forger des esprits vifs, tolérants et avisés, qui trouveront leur épanouissement dans des pays comme le Maroc, où dialoguent librement et s’enrichissent mutuellement les Cultures et les Civilisations, a précisé Sa Majesté le Roi dans ce Message dont lecture a été donnée par le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani .

Point de rencontre des Civilisations Arabo-Islamique, Africaine et Judéo-Chrétienne, le Maroc est resté fidèle à une tradition immuable de modération, de coexistence et de compréhension mutuelle, a affirmé le Souverain, ajoutant que l’histoire des Juifs marocains en est une illustration éloquente.

Juifs et musulmans se côtoyaient au quotidien, s’enrichissaient les uns les autres et s’imprégnaient de leurs Educations respectives, a indiqué le Souverain, précisant que la réalité de la cohabitation religieuse est tangible au Maroc.

Pour SM le Roi, ce contexte est marqué par la multiplication des discours de haine, qui nourrissent racisme, xénophobie, islamophobie, antisémitisme et bien d’autres formes de discriminations pour former «le terreau sur lequel prospère l’extrémisme violent et se propage l’insécurité».

Pour combattre ces fléaux le Souverain ne voit qu’une ultime voie, celle de l’Education, qui «possède ce pouvoir insigne – et essentiel – de dépasser la crainte de l’Autre, de refuser les amalgames et de déconstruire les préjugés».MAP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button