Tourisme à Fès: De belles performances en perspective

Hibapress

La bonne dynamique de l’activité touristique à Fès depuis juillet 2016 a été bien consolidée au cours de l’année 2017 et les trois premiers trimestres de 2018, augurant des perspectives prometteuses.

Les acteurs du secteur semblent confiants. Pour le délégué du tourisme à Fès, Abdallah Lamniai, le secteur touristique a fait preuve d’une ‘’relance très spectaculaire’’, malgré la continuité des ‘’retombées négatives de la conjoncture géopolitique et économique difficile’’ de l’entourage du Maroc et ‘’l’insuffisance d’une commercialisation vigoureuse’’ de la destination.

Cette bonne dynamique est due en grande partie, a-t-il relevé dans un entretien à la MAP, à la confirmation de la stabilité et la sécurité de la destination Maroc, par rapport à d’autres destinations d’Afrique du nord, et à l’ouverture du nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saïss et le retour des lignes low-cost qui viennent d’intensifier la desserte aérienne de la ville.

Mettant l’accent sur les principaux indicateurs touristiques de Fès durant les trois premiers trimestres de l’année 2018, il a indiqué que les nuitées dans les établissements d’hébergement touristique classés ont atteint 787.525 nuitées au cours de cette période, en évolution de 21%, soit respectivement 136.156 et 180.870 nuitées additionnelles, par rapport à la même période de 2017 et 2010.

‘’La très bonne croissance des nuitées inscrites en 2018 s’explique par la forte augmentation des nuitées des non-résidents, à hauteur de 89% des nuitées supplémentaires, soit 121.721 nuitées, suite à une croissance de 28% et 25%, par rapport à la même période de 2017 et 2010’’, a-t-il expliqué, ajoutant que les nuitées cumulées pour les non-résidents ont atteint le nombre de 559.113, soit 71% de la part du marché des nuitées.

Le premier marché contributeur à l’évolution de cette période de 2018 est celui des Français, dont les nuitées additionnelles ont représenté 12% de l’ensemble des nuitées ajoutées des touristes non-résidents, suivi des marchés américain (+38%), allemand (+51%), espagnol (+42%) et japonais (+22%).

En termes d’arrivées, a-t-il poursuivi, l’activité touristique à Fès a continué à enregistrer, depuis juillet 2016, des flux ascendants dans les établissements d’hébergement touristique classés, ajoutant que l’analyse de la fréquentation des établissements d’hébergement touristique classés fait ressortir quelque 422.786 arrivées durant les neuf premiers mois de l’année, contre 343.323 durant la même période de 2017. Cette bonne croissance des arrivées a été enregistrée par les marchés français (+32%), allemand (+44%), américain (+39%), espagnol (+41%), japonais (+18%) et italien (+68%).

D’après le responsable local, ces performances sont appelées à se poursuivre, car les potentialités du secteur touristiques à Fès sont nombreuses et consistent en un patrimoine authentique et unique de la médina de Fès qui a permis à la ville d’être classée patrimoine mondial par l’UNESCO en 1981. Une cité reconnue à l’échelle internationale comme la grande destination culturelle du Maroc, a poursuivi M. Laminiai, notant que la capitale spirituelle est un ‘’musée vivant et une ville carrefour où se rencontrent tant de routes et de civilisations et où se trouve le centre d’enseignement le plus ancien du monde, la mosquée Qaraouiyine’’.

Selon lui, la cité Idrisside dispose, outre un arrière-pays qui regorge d’une grande richesse naturelle offrant une diversité surprenante de paysages permettant d’effectuer des randonnées pédestres et équestres, d’un réseau routier développé liant la ville aux importantes régions du Maroc et d’un aéroport international (Fès-Saïss) assurant des liaisons aériennes ‘’très importantes’’.

Fès est réputée également par la station thermale de Moulay Yaacoub située à 20 Km de la ville et qui répond aux normes internationales de thermalisme médical et aux exigences du tourisme thermal, a-t-il ajouté.

M. Lamniai a, de même, fait observer que le parc hôtelier à Fès s’élargira dans l’avenir proche avec plusieurs établissements qui sont en cours de rénovation ou en création, d’un coût d’investissement global s’élevant à 946 MDH, et avec une capacité litière ‘’très importante’’, dont un palais des congrès de 2.458 places.

Il a rappelé que Fès disposait, à fin septembre 2018, de quelque 165 établissements d’hébergement touristique classés, avec une capacité litière totale de 9.403 lits. Celle des hôtels constitue la partie majoritaire, avec plus de 76% des lits, suivie de celle des maisons d’hôtes, avec 21% des lits, a-t-il précisé.

Et pour capitaliser cette croissance de l’activité touristique en 2018 à Fès, le délégué du tourisme à Fès a appelé les opérateurs du secteur à œuvrer à récupérer la clientèle perdue des destinations traditionnelles de Fès, séduire les marchés émergents au potentiel sous-exploité, encourager le marché national qui constitue un réservoir considérable de développement touristique, entamer des actions de marketing durables et promouvoir les produits et à investir dans les nouvelles technologies et les ressources humaines adéquates.

Il a aussi appelé à organiser plus d’éductours, en faveur des tour-opérateurs et presse spécialisée, renforcer les dessertes aériennes de la ville, surtout l’offre low-cost (surtout avec l’Afrique), diversifier l’offre touristique, en donnant plus d’importance au tourisme religieux et spirituel et en organisant plusieurs événements internationaux de grande envergure, outre la mise en place des supports d’animation permanente et des manifestations internationales grand public et la collaboration avec les tour-opérateurs pour attirer la clientèle chinoise notamment.

Selon lui, l’année 2018 devrait s’achever dans la même tendance positive, voire s’accélérer en termes d’accroissement, et le seuil de 1 million de nuitées serait ‘’facilement franchissable’’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button