À MARRAKECH, IL Y A DU CINÉMA DANS L’AIR

0
132

Hibapress

Tous les ingrédients sont réunis pour faire de la Cité ocre la capitale du cinéma à la faveur du Festival International du Film de Marrakech.

Du Palais des Congrès à la place mythique de Jemaa El Fna, le cinéma reste le maître-mot, et il y en a pour tous les goûts. Les cinéphiles n’ont que l’embarras du choix entre films légendaires et nouveaux de tous genres, et entre salles de projection et cinéma en plein air.

La Place Jemaa El Fna s’est transformée, le temps de cette grand-messe cinématographique, en un cinéma à ciel ouvert pour célébrer, comme il se doit, le 7ème Art et sa magie, en invitant des légendes vivantes du Grand écran, parmi lesquelles Robert De Niro et Martin Scorsese. L’euphorie et l’ambiance étaient au rendez-vous pour le grand plaisir d’un public nombreux, enthousiaste et surtout connaisseur.

Pour la circonstance, un écran géant a été monté sur la partie sud-ouest de la Place, la transformant en une salle gigantesque de cinéma, à l’occasion de cette 17ème Edition du Festival qui a, sans conteste, acquis ses Lettres de noblesse et est désormais inscrit sur l’agenda des différents intervenants dans le domaine cinématographique, allant des grandes stars aux cinéastes de renom en passant par les cinéphiles, entre autres.

Si l’atmosphère douillette du somptueux Palais des Congrès offre un cadre des plus agréables pour les rencontres, les hommages et les projections, la Place Jemaa El Fna sort de ce cadre, en étant investie par une grande foule qui a accueilli, comme à l’accoutumée, par des cris de joie et des tonnerres d’applaudissements, ces sommités et grands noms du cinéma mondial.

C’est dans une ambiance festive et bon enfant que des milliers de cinéphiles, petits et grands, sont venus vivre des instants magiques de partage, rencontrer Robert De Niro et Martin Scorsese, deux icônes du 7ème Art, et suivre la projection de certains de leurs chefs-d’œuvre, en l’occurrence “The untouchables” et “Kundun”.

La Place Jemaa El Fna, et du coup Marrakech, est ainsi inscrite dans les annales du cinéma, puisque les deux monstres de Hollywood se sont très peu retrouvés sur scène dans le monde en dehors des studios, et leur apparition ensemble à cette occasion constitue un rare moment de complicité, d’émotion et de partage. Le Festival a été de même une tribune pour l’icône du 7ème Art, qu’est De Niro, de confirmer l’existence d’un nouveau projet de long-métrage sous la houlette de Scorsese.

Cette soirée cinématographique mémorable sera suivie tout au long de cette manifestation de neuf jours par des projections en plein air d’une dizaine de pellicules: “Korsa” de Abdellah Toukouna (alias Ferkous), “Alexandrie encore et toujours” du grand Youssef Chahine, “Ant-Man and the Wasp” de Peyton Reed, “Jusqu’à mon dernier souffle” de Yash Chopra, “Le Ruisseau, le pré vert et le doux visage” de Yousry Nasrallah, “Forrest Gump” de Robert Zemeckis, “Husband Material” d’Anurag Kashyap, “Lahnech” de Driss Mrini et “Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre” d’Alain Chabat.

Gâtés, les festivaliers le sont. En effet, le Festival International du Film de Marrakech, fort de son expérience, invite les grandes étoiles du 7ème Art mondial, tout en mettant sous les feux de la rampe les stars marocaines qui côtoient ainsi leurs pairs.

Les nouveautés, le Festival en a à revendre. Après une année de pause consacrée notamment à la réflexion, le festival revient, pour cette édition, avec une panoplie de nouveaux concepts dont “Conversation With” qui se veut un échange libre et direct et une interaction dans un cadre convivial, avec au programme Martin Scorsese, Robert De Niro, Guillermo Del Toro, Agnès Varda, Yousry Nasrallah et Cristian Mungiu, sans oublier le délégué général du Festival de Cannes et Directeur de l’Institut Lumière de Lyon, Thierry Frémaux.

Toujours soucieux d’initier le jeune public à la magie du cinéma, le Festival inaugure à l’occasion de sa 17ème édition un nouveau programme consacré aux élèves et au jeune public en général. Cinq films animés sont ainsi programmés au cinéma Colisée, dont “Wardi” (Le tour) du Norvégien Mats Grorud, mais aussi “Iqbal” de l’illustrateur italien Michel Fuzellier et du réalisateur iranien Babak Payami.

Exceptionnelle qu’elle est, cette édition propose aussi un nouveau programme d’aide au développement de talents d’Afrique et du Moyen Orient “Les Ateliers de l’Atlas” qui accueillent plus de 150 professionnels marocains et internationaux, avec pour objectif principal l’accompagnement de projets de films et de films en post-production.

Fidèle à son engagement social et citoyen, le Festival organise six projections pour le cinéma en audiodescription, perpétuant ainsi une tradition de ce rendez-vous cinématographique majeur, avec des films destinés au public aux besoins spécifiques lui permettant d’avoir accès à une programmation spéciale.

Le programme de cette édition offre une centaine de productions provenant de 29 pays et répartis en plusieurs sections allant de la “Compétition officielle” aux “Séances de gala”, en passant par les “Séances spéciales”, “Le 11è continent”, le “Panorama du Cinéma marocain”, le “Jeune public”, le “Cinéma en audiodescription” en plus de la très attendue cérémonie des “Hommages”.

Ne dérogeant pas à sa tradition, le Festival a mis à l’honneur Robert De Niro et Agnès Varda en leur décernant l’Etoile d’Or. Et comme le cinéma marocain occupe une place de choix dans son programme, le Marocain Jillali Ferhati aura droit cette année à un vibrant hommage à la hauteur de sa renommée.

Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À Découvrir Aussi

DÉCOUVREZ LA NOUVELLE MISS UNIVERS: SA NATIONALITÉ, SES ENGAGEMENTS ET SES AMBITIONS

C’est Catriona Elisa Gray, Miss Philippines 2018 qui a été sacrée plus belle femme d…