Exportations: Hausse de la demande mondiale adressée au Maroc

Hibapress

L’indice de la demande mondiale adressée au Maroc s’est amélioré de 5,4% en 2017 contre 3% en 2016, selon la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) relevant du ministère de l’Économie.

Cet indice a profité d’une évolution plus dynamique du commerce international de biens d’environ 5%, indique la DTFE qui vient de publier son rapport d’activité au titre de l’année 2017.

Le rapport fait également état d’une amélioration de la part de marché absolue du Maroc à 0,15% en 2017 contre 0,14% en 2016 et 0,11% en 2010, ajoutant que les exportations ont été caractérisées par une diversification croissante en termes de marchés et de produits avec notamment la consolidation des parts des secteurs de l’automobile et de l’aéronautique.

En outre, la DTFE relève que la part des exportations de produits manufacturés à faible niveau technologique a significativement baissé, passant de plus de 57% en 2005 à 33% en 2017, au profit de ceux de moyenne – haute technologie (54% en 2017 contre seulement 28% en 2005), et ce, en relation avec l’émergence des nouveaux métiers mondiaux du Maroc.

En revanche, les termes de l’échange se sont détériorés de 7% suite à l’augmentation de l’indice des prix à l’importation (+7,3%) par rapport à l’année 2016, en raison de la hausse des prix des produits énergétiques (+18,3%), liée à la flambée du prix du pétrole sur le marché international (+23,1%), fait remarquer la même source.

Côté changes, la DTFE indique que le taux de change effectif réel du dirham a connu une légère dépréciation de 0,92% suite à une appréciation nominale de 1,18% et d’un différentiel d’inflation en faveur du Maroc de 2%, soulignant que l’absence de désalignement entre le taux de change d’équilibre et le taux de change effectif réel montre que la valeur du dirham est globalement en ligne avec les fondamentaux macroéconomiques.

Le secteur extérieur marocain a évolué en 2017 dans un contexte international marqué notamment par la flambée des cours du pétrole en relation avec les tensions géopolitiques, la poursuite des tensions en matière de sécurité et les conflits qui sévissent dans certains pays de la région MENA et la montée de la vague du protectionnisme aux Etats-Unis d’Amérique et en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
close button